Guerre en Ukraine : face au risque d'un conflit de haute intensité, le Gouvernement modernise l'Armée française

Avec la guerre en Ukraine, un conflit de haute intensité en Europe n'est plus exclu. Le ministre des Armées visite les casernes de la région Grand Est. Quels sont les moyens dont disposeront les régiments dans le cadre de la loi sur la programmation militaire

Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu est en déplacement Jeudi 20 avril 2023 dans la région Grand Est. Il s'est rendu au 1er régiment d'infanterie de Sarrebourg (Moselle), au 1er régiment de tirailleurs à Epinal puis au 1er régiment d'artillerie à Bourogne dans le Territoire de belfort.

Après s'être rendu le matin à Sarrebourg, le ministre a rencontré en début d'après-midi les militaires du 1er régiment de tirailleurs d'Epinal. Il a salué son engagement au Sahel contre le terrorisme et précisé ses futures missions, notamment de formation des armées africaines. 

35 millions pour le 1er RT d'Epinal

Sébastien Lecornu est venu avec 35 millions dans son escarcelle. Une somme qui doit permettre de renforcer l'équipement du régiment très sollicité : " Nous allons permettre une densification du nombre d’équipements notamment les VBCI qui sont des véhicules « socles » de ce régiment. Plusieurs dizaines seront livrés entre 2024 et 2028." 10 millions seront aussi consacrés aux équipements et armements individuels.

Le 1er régiment d'infanterie de Sarrebourg obtient une dotation de 125 millions €  : " La transformation du 1er Régiment d'Infanterie, avec l'arrivée de la technologie de combat connectée "Scorpion", sera poursuivie, avec la livraison de 40 nouveaux véhicules blindés multi-rôles « Griffons »."

Seront également financés : la construction d'un bâtiment d'instruction de combat en zone urbaine, d'un stand de tir ouvert évolutif, d'un magasin de munitions, la réhabilitation d'un bâtiment de logements des militaires en situation de célibat géographique, et d'un autre, à destination des engagés volontaires.

Cette " tournée des popotes" s'effectue dans le cadre de la territorialisation de la loi de programmation militaire (LPM) 2024-2030. En clair, quels moyens financiers et matériels seront attribués aux régiments locaux.

Qu'est-ce que la loi de programmation militaire

Une loi de programmation militaire (LPM), a pour but d'établir une programmation pluriannuelle des dépenses que l'Etat français consacre à ses forces armées.  Depuis 2003, les LPM couvrent des périodes de six ans. La nouvelle loi couvre une période de sept ans et prévoit un effort budgétaire inédit. Il reflète l'urgence de préparer les armées françaises aux retour des guerres de hautes intensités en Europe. Ce risque n'est plus exclu depuis le conflit dans le Donbass en 2014 et la guerre actuelle en Ukraine.

413 milliards d'euros sur 7 ans

413 milliards d'euros seront consacrés aux armées. La précédente loi de programmation militaire avait prévu 295 milliards d’euros de dépenses. À partir de 2025, l’effort de défense sera porté à 2% du produit intérieur brut (PIB).

Ce principe permet d'affecter les crédits nécessaires aux dépenses militaires sur le long terme. C'est pour cette raison que le Parlement vote depuis 1960 des lois de programme d'abord, puis, à partir de 1976, des lois de programmation militaire, qui déterminent les ressources que le pays entend consacrer à sa défense au cours des années suivantes.

Conventions armées-collectivités

Comme à Sarrebourg, la visite à Epinal a donné lieu à la signature d'une convention avec les collectivités locales afin d'offrir les meilleurs services aux militaires mutés et à leurs familles : " Il existe de forts besoins en termes de logement des familles, de scolarisation et de services. Les collectivités locales sont les mieux placées pour répondre à ces besoins "

Demain vendredi 21 avril, le ministre des Armées se rendra au Régiment de Marche du Tchad stationné à Meyenheim (Haut-Rhin), au Valdahon avec la 7ème brigade blindée puis à Besançon au 19ème régiment du génie.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité