Les sangliers prolifèrent à Epinal

En septembre 2015, à Epinal, une modification du bail de chasse a été réalisé pour organiser 4 battues jusqu’au 31 mars prochain avec tir au fusil.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Suite aux plaintes de plusieurs habitants des quartiers de la Quarante-Semaine, de Laufromont et de la Vierge, la ville d’Epinal a décidé de solliciter l’organisation de battues pour lutter contre la prolifération des sangliers. Il y en aurait une dizaine. Quatre ont récemment été abattus.

Sous la responsabilité de Lionel Gadaut, adjudicataire de chasse privé, une battue a eu lieu hier sur les terrains du quartier Laufromont, au Mont Carmel, où un nombre important de sangliers a élu domicile.

Ce phénomène de prolifération n’est pas propre à Epinal, mais touche l’ensemble du département des Vosges. Ces dernières années, les terrains concernés : la Vierge, La 40 semaine et Laufromont n’étaient pas ouverts à la chasse.

Mais réaliser des chasses en milieu urbain n’est pas facile car de nombreux riverains se promènent.

D'après Epinal Infos, un travail important a été réalisé au cours des deux dernières années entre la ville, les propriétaires privés, l’ONF et la fédération de chasse, notamment pour permettre des battues sur ce secteur.

Entre fin 2014 et début 2015, quatre arrêtés de battues administratives ont été appliqués sur ce secteur. Trois battues d’effarouchement y ont été effectuées, permettant d’enrayer momentanément le phénomène de prolifération.

En septembre dernier, une modification du bail de chasse a été réalisé pour organiser 4 battues jusqu’au 31 mars prochain avec tir au fusil.

La fédération départementale des chasseurs des Vosges a aussi décidé d’augmenter les quotas de tir, de 2 à 6 sangliers par an.