Manifestation des gilets jaunes samedi à Epinal : le préfet interdit l'accès au centre-ville

Pierre Ory, le préfet des Vosges, a décidé ce jeudi 24 octobre d'interdire l'accès au centre-ville d'Epinal aux manifestants. Les gilets jaunes ont appelé à un nouveau rassemblement régional ce samedi 26 octobre.

Manifestation des gilets jaunes à Epinal, en Juin 2019.
Manifestation des gilets jaunes à Epinal, en Juin 2019. © Stiliana Peev. France 3 Lorraine
Le rassemblement régional des gilets jaunes annoncé pour ce samedi 26 octobre 2019 à Epinal ne passera pas le centre-ville.
C'est qu'a indiqué par communiqué ce jeudi 24 octobre le préfet des Vosges, Pierre Ory, qui a toutefois autorisé la manifestation. Mais avec un parcours précis et sous très haute surveillance des forces de l'ordre.

La préfecture explique cette "interdiction de manifestation et de rassemblement dans certaines rues d'Epinal", "compte tenu des événements graves qui se sont produits lors de précédents rassemblements régionaux à Épinal, à savoir des violences et voies de fait à l’encontre des forces de l’ordre, des dégradations de biens publics ou privés (et notamment de commerces et établissements bancaires), ou encore des incendies volontaires, et afin d'assurer la sécurité des biens et des personnes."

Le périmètre interdit est délimité par les rues, places et sites suivants:Le préfet précise que tout manifestant qui pénètre dans ce périmètre interdit encourt une amende de 135 €.
Périmètre interdit de manifestation à Epinal le 26 octobre 2019.
Périmètre interdit de manifestation à Epinal le 26 octobre 2019. © Préfecture des Vosges

1 an de prison, 15.000 euros d'amende

Le préfet rappelle qu'à l'occasion de cette manifestation, commerçants et particuliers sont invités à ne laisser sur la voie publique aucun objet susceptible d'être dégradé, incendié ou de servir de projectile ou arme. Les comerçants doivent également se tenir près à abaisser le rideau de leur devanture en cas de doute sur de possibles exactions à venir.

Il est également rappelé aux maniftants "qu'ils s'exposent à des risques particuliers d'atteinte à leur intégrité physique mais également sur le plan pénal" en cas de "refus de se disperser après sommation des forces de l'ordre" ou de "dissimulation volontaire et sans motif légitime de tout ou partie du visage pouvant entraîner une peine d'emprisonnement de 1 an et une amende de 15.000 €".

Les Spinaliens et en particuliers les commerçants ont encore en tête les images de violences et de dégradations survenues lors des rassemblements des 5 janvier et 23 février derniers.

Pour aider les commerces lourdement touchées a cette occasion, l'Etat avait annoncé le 15 mai des subventions pour un coût total de 51.668 euros.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société faits divers manifestation économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter