Manifestation des gilets jaunes à Epinal : 7 interpellations après les affrontements au centre-ville

Le rassemblement régional du samedi en Lorraine a débuté vers 14 heures samedi 23 février à Epinal (Vosges). Des affrontements ont éclaté peu avant 16 heures. La façade de la préfecture a été fortement dégradée. L'oeuvre de casseurs alors que la grand majorité des gilets jaunes est restée calme.

Au lendemain de cet "acte 15" des gilets jaunes en lorraine, dimanche 24 février 2019, la préfecture des Vosges a fait les comptes.

6 blessés ont été recensés dont un parmi les forces de l'ordre. Les dégâts matériels ont été largement limités, notamment en raison du service d'ordre des gilets jaunes qui a tenté le plus possible de limiter les actions de quelques 350 de casseurs (chiffre de la préfecture), souvent jeunes et même parfois très jeunes, venus clairement pour "casser du flic" et vandaliser. Plusieurs ont ainsi été vus par notre journaliste avec des pierres dans les mains qu'ils lançaient sur les forces de l'ordre, forçant celles-ci à répliquer. 
Dans un communiqué publié dans la soirée de samedi, le préfet annonce "7 personnes (...) appréhendées et placées en garde à vue."

Casseurs en action

Vers 18 heures, un feu de matériels, à côté d’un immeuble en construction, marque la fin de la manifestation dans les rues d'Epinal.  La façade de la préfecture des Vosges, à Epinal, a été vandalisée en fin d'après-midi.  Les forces de l'ordre ont commencé à utiliser du gaz lacrymogène vers 16 heures. La situation devient tendue dans le centre-ville d'Epinal. Un hélicoptère de la gendarmerie survole la ville. 

"Le centre-ville sera t-il préservé cette fois ?"

C'est la question que se posent les habitants d'Epinal (Vosges) ce samedi 23 février 2019, à l'annonce du rassemblement régional des gilets jaunes qui va se tenir à nouveau dans la cité des images.
 
Depuis 14 heures, environ 2000 gilets jaunes manifestent dans les rues.

Et pour Alain et Florence, c’est important de faire ensemble cette manifestation « pour leurs enfants ».   
La précédente manifestation, le 5 janvier dernier avait en effet dégénéré et laissé de nombreuses traces aussi bien dans les infrastructures, les commerces, le mobilier urbain et bien sûr dans les esprits des Spinaliens.
Pour cet "acte 15", 2.000 à 4.000 manifestants sont attendus à Epinal à partir de 13h, et alors que la manifestation n'a pas été déclarée, à la différence de celle qui se déroulera au même moment à Saint-Dié.

Le préfet des Vosges et le maire d'Epinal, Michel Heinrich, en appellent "à la responsabilité de tous" et invitent les commerçants et les riverains à prendre toutes leurs précautions au cas où la manifestation viennent à dégénérer.
Plusieurs représentants des gilets jaunes appellent à un rassemblement dans le calme. Chacun espère qu'ils seront entendus.

Le mot d'ordre, lui, reste le même, la mise en place du RIC, le référendum d’initiative citoyenne.