Suppression de 171 postes chez Nestlé Waters dans les Vosges, "nous sommes à bout de nerfs"

Les salariés de Nestlé Waters, à Vittel-Contrexéville sont en grève depuis la fin du mois d'août. Les syndicats se battent pour éviter la suppression de 171 postes. Dans les Vosges, lundi 23 octobre, c'est la réunion de la dernière chance.

Les salariés de Nestlé Waters sont en grève depuis la fin août. Et ils ont même manifesté à plusieurs reprises.
Dans les Vosges, lundi 23 octobre 2023 c'est le "baroud d'honneur" pour les salariés de l'entreprise avec une dernière réunion. Les syndicats protestent contre la suppression de 171 emplois d'ici la fin de l'année. "Nous sommes tous à bout de nerfs. Il faut quand même bien dire les choses, ça fait cinq mois que c’est un rouleau compresseur. C’est la huitième semaine de grève et les salariés sont là."

VIDEO. Stéphane Cachet, représentant de l'intersyndical Nestlé Waters invité du journal lundi 23 octobre 2023. 

durée de la vidéo : 00h01mn19s
Suppression de 171 postes chez Nestlé Waters dans les Vosges. ©France Télévisions

Mais jusqu'à présent, la direction s'est montrée inflexible, refusant les différentes propositions des syndicats : aménagements de fin de carrière plutôt que des licenciements secs.

"171 salariés, c’est 171 familles concernées"


Stéphane Cachet est le représentant de l'intersyndical Nestlé Waters. Vous rencontrez la direction pour acter le plan de licenciement, y a-t-il encore de l'espoir pour les emplois à Vittel ? "On a un conseil syndical mercredi, pour que l’accord soit validé, il faut qu'on le signe. C’est la dernière journée et l’espoir est toujours là, sinon on ne continuera pas à se battre.

Au cœur des préoccupations de l’intersyndicale on retrouve les congés de fin de carrière ? Dans les négociations, on a encore pas mal de sujets à aborder comme les congés de fin de carrière. Rupture du contrat de travail. Je vous rappelle qu’après les mouvements de grève, la direction a quand même fait évoluer son protocole, l’entrée au dispositif de préretraite par exemple au 31 décembre 2024, mais pour nous, c'est encore insuffisant pour arriver à un objectif d’uniquement des départs volontaires. Pas de licenciements".

Nous sommes tous à bout de nerfs. Il faut quand même bien dire les choses, ça fait cinq mois que c’est un rouleau compresseur. C’est la huitième semaine de grève.

Stéphane Cachet, représentant de l'intersyndical Nestlé Waters

Selon Nestlé Waters c'est la conséquence de "la fin de la commercialisation de la marque Vittel en Allemagne annoncée en 2022 et l’intensification des aléas climatiques qui peut impacter les conditions d’exploitation de certains de nos forages peu profonds".

Le plan social pourrait être mis en application dès le 31 octobre prochain, date butoir des négociations.