Vosges : c'est la saison des champignons mais il faut faire attention aux intoxications liées à leur consommation

Dans les Vosges, avec l'automne, vous êtes nombreux à partir à la cueillette des champignons. Mais il faut faire la différence entre les comestibles et les autres vénéneux. Et ce n’est pas toujours une mince affaire. 

Les intoxications dues à la consommation de champignons sauvages sont en augmentation.
Les intoxications dues à la consommation de champignons sauvages sont en augmentation. © Didier Bert, France télévisions
C'est le loisir de l'automne. A la fois gourmand et familial. Mais il est à pratiquer avec modération et dans les règles de l'art. Car un champignon se cueille avec technique et préciosité.

Sentez ! ça sent l’ail. Allez-y ça sent l’ail !
Jean-Claude Estatico, membre de la société lorraine de mycologie 

"Sentez ça sent l'ail, même à travers le masque", dit tout de suite Jean-Claude Estatico. Alors, avant de se lancer, on prend le temps de se renseigner. Pas de fricassée à l'horizon pour ces mycologues amateurs. 

Sentir, leur seul plaisir

Dans leurs paniers, essentiellement des champignons toxiques. Ils sont justement là pour apprendre à bien les reconnaître. "Si vous trouvez un champignon comme ça, un rouge, un des huit mortel en France, comme j’ai dans la main par exemple, il faut regarder dans le livre sa toxicité", explique Jean-Claude Estatico, membre de la société lorraine de mycologie. "Sa consommation peut entraîner des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées et déshydratation). D’une manière générale, il faut consommer des champignons en petites quantités".

Récolter le pied en entier

Après la théorie, la pratique. Leur guide est Jean-Claude. Voilà 45 ans qu'il étudie les champignons, qui n'ont pour lui presque plus aucun secret. Avec lui dans la forêt de Badonvillers, samedi 3 octobre 2020, Madeleine. Elle est pharmacienne. Et chaque jour, elle dispense ses conseils aux cueilleurs de champignons. "Bien avoir un panier en osier pour mettre le champignon. Dans un sac plastique on peut accélérer l’intoxication. Il faut aussi ne pas cueillir les champignons que l’on ne connaît pas", dit Madeline Hamann, membre de l'association des mycologues pharmaciens. Elle ajoute : "dans un sac plastique, les spores ne pourront pas se disperser et vous mettrez en danger votre coin à champignons". Dans le Grand Est, huit espèces sont mortelles et une trentaine toxiques, mais beaucoup n'ont aucun intérêt gustatif. 

Le doute du cueilleur de champignons

Pour résumer, ne consommez que les champignons que vous connaissez parfaitement. Et en cas de doute, renseignez-vous auprès d'un pharmacien ou de la société lorraine de mycologie. Encore plus inquiétant, depuis quelques années, il arrive que des champignons toxiques se retrouvent sur les étals des marchés. Faute de contrôles.   Parmi les variétés de champignons les plus populaires, le cèpe occupe forcément la première place.
Enfin, dernier conseil, les champignons doivent être consommés dans les deux jours suivant leur cueillette.  Chaque année il y a de nombreuses intoxications. Ainsi, l'année dernière en 2019, en France, trois décès ont été recensés pour des intoxications liées à la consommation de champignons

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cuisine culture gastronomie santé société