ENTRETIEN. Clovis Cornillac, acteur et membre du jury au Festival de Gérardmer

Clovis Cornillac, célèbre pour ses nombreux rôles dans des comédies, est un habitué de Gérardmer. Le membre du jury des longs métrages du 31ᵉ Festival international du film fantastique, qui se tient jusqu’au 28 janvier 2024 dans les Vosges, nous parle de ses films d’horreur cultes, de ses peurs et de son amour pour le cinéma.

Brice de Nice, Les Chevaliers du ciel, Astérix aux Jeux Olympiques… Clovis Cornillac est surtout célèbre pour ses nombreux rôles dans des comédies. Pourtant, c’est un tout autre genre de films qui l'attend lors du 31ᵉ Festival international du film fantastique, qui se tient jusqu’au 28 janvier 2024 à Gérardmer (Vosges). Mais ne vous y trompez pas, l’acteur et réalisateur de 55 ans, habitué de l'événement, est plutôt fin connaisseur du cinéma de genre. Le membre du jury des longs métrages nous en dit un peu plus sur lui.

  • Quel est votre rapport au festival de Gérardmer ?

Je suis venu plusieurs fois à Gérardmer. J’ai été membre du jury en 2003, je me souviens que nous avions remis le prix du jury à Maléfique d'Éric Valette. J’ai aussi tourné dans les Vosges, pour le thriller Nouveau Protocole de Thomas Vincent. C’est vraiment un très chouette festival, réussi et pérenne. C’est des passionnés, il y a un vrai partage. Sans être trop chic, contrairement à d’autres, c’est un festival de grande qualité.

  • Vous venez plutôt de la comédie, quid du cinéma fantastique ?

C’est vrai que j’ai surtout tourné des comédies mais j’aime le cinéma en général. Tous les genres de cinéma ont leurs chefs-d'œuvre, à part le film porno peut-être ! J'adore les films d'horreur et le cinéma fantastique. J’espère pouvoir réaliser un film de genre un jour, ça m’intéresserait beaucoup de me plier aux codes et à la grammaire cinématographique autorisée.

  • Votre coup de cœur du cinéma d’horreur ?

J’aime énormément le cinéma coréen et asiatique en général. Le thriller J’ai rencontré le diable, de Kim Jee-woon, m’a mis une énorme claque. Tout est réussi, la narration est d’une originalité folle, la psychologie est parfaitement juste, le rythme est dingue. C’est une histoire de vengeance poussée à son paroxysme, ça n’est pas sain mais c’est exutoire. Les acteurs et la photographie sont d’une beauté à se damner.

  •  La meilleure adaptation de livre au cinéma selon vous ?

C’est impossible de choisir un seul film, mais Shining, adapté du livre de Stephen King, est un chef-d’œuvre absolu pour moi. Tous les films de Stanley Kubrick, en général, sont absolument géniaux. Il y a énormément de travail derrière et on sent une gourmandise folle de cinéma. Ses films sont intelligents sans donner de leçon. C’est du haut niveau et accessible à la fois, tout le monde peut être dans la salle.

  • Les requins, les fantômes, la folie, qu'est-ce qui vous fait peur ? 

Les films psychologiques m’angoissent, comme Psychose d’Alfred Hitchcock ou Rosemary’s Baby de Roman Polanski. Je suis très mal à l’aise quand je vois des personnages à la fois réalistes et angoissants, cela va des dictateurs aux psychopathes qui tuent et torturent leurs victimes. Les humains sont réellement capables du pire et c’est ce qui me terrifie le plus.

Cette année à Gérardmer, Clovis Cornillac et les autres membres du jury des longs métrages doivent départager dix longs métrages en compétition.