Les TGV Rennes-Lille annulés, à cause d'une collision dans la Sarthe

Si vous deviez prendre le train pour aller en Bretagne, mieux vaut prendre de nouvelles dispositions. En raison d'une collision entre un camion et un TGV hier soir, le trafic Lille/Rennes est interrompu.

© Jean-François Monier /AFP
Deux personnes ont été légèrement blessées mardi soir dans une collision entre un TGV et un camion sur un passage à niveau près de Sillé-le-Guillaume (Sarthe), occasionnant des perturbations du trafic ferroviaire, a-t-on appris auprès de la SNCF et de la préfecture.

"Vers 20H25, le TGV n°8665 Paris-Saint Brieuc transportant 175 passagers a percuté" un poids lourd au niveau de Sillé-le-Guillaume, au passage à niveau n°129, a affirmé la préfecture dans un communiqué. La circulation restait coupée sur la ligne mercredi matin dans les deux sens et
le trafic TGV entre Paris et la Bretagne s'effectuait via Nantes, avec une heure trente de retard en moyenne, a indiqué la SNCF.

Les TGV Rennes-Lille et Rennes-Marseille ont par ailleurs été annulés. 

"Cent cinquante personnes sont mobilisées sur place et font le maximum pour un retour à la normale si possible dès aujourd'hui", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la SNCF. Le camion devait être dégagé des voies "dans la matinée" puis les techniciens devaient procéder "à la sécurisation des voies, de la signalétique et des caténaires", a-t-elle précisé. Au cours de la nuit, la préfecture avait indiqué que la collision avait provoqué d'importants dégâts matériels sur la voie.

Selon la SNCF, le poids lourd, qui tractait une remorque d'engins agricoles, est resté bloqué pour une raison encore indéterminée sur le passage à niveau qui, selon elle, n'est pas réputé comme étant particulièrement dangereux. Le conducteur du camion a pu sortir à temps de son véhicule et n'a pas été blessé. Les deux blessés légers, dont le conducteur du train, ont été touchés aux cervicales, selon les pompiers, et transportés à l'hôpital du Mans. Six autres passagers, bousculés dans le choc, ont été pris en charge mais ne sont pas considérés comme blessés, selon la même source.

Selon un photographe de l'AFP sur place, la motrice du TGV, toujours debout, était complètement déchiquetée sur sa partie droite, et une roue du poids lourd était visible sous elle. Au moment du choc, le TGV roulait sur une voie classique et non sur une ligne à grande vitesse, a-t-on précisé à la SNCF.

Vers minuit, les passagers ont été évacués à bord de six bus qui devaient les acheminer vers Saint-Brieuc, leur destination, a constaté l'AFP. Ils seront également indemnisés à hauteur de 200% du prix de leur billet, a promis la SNCF. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter