Imprimer en couleurs à partir de l'hémoglobine bovine : le pari en passe d'être gagné par Doublet

Le leader européen de création de supports événementiels vient de faire une belle trouvaille : imprimer ses produits en couleurs avec une encre inédite, le sang de veau. Les intérêts sont écologiques et économiques. Le point. 

La découverte réside dans le fait que le sang de veau, ajouté à certains composés chimiques, permet de recréer les quatre couleurs primaires en impression : le cyan, le magenta, le jaune et le noir.

A partir de là, le sang de veau, qui n'est qu'un déchet pour les abattoirs, pourrait donc être recyclé en encre. C'est le pari qu'a fait Doublet, il y a une quinzaine d'années, et qui viendrait d'être résolu ces derniers mois. 


Des brevets sont en cours de validation et à terme, l'idée est de "partager" cette découverte qui doit contribuer au rayonnement à l'international de Doublet et non de "vendre" ces-mêmes brevets, comme le note un article de La Voix du Nord qui révèle cette étonnante nouvelle.

Cette découverte pourra-t-elle révolutionner l'industrie de la fabrication de l'encre ? En tout cas, les intérêts sont tous simples mais primordiaux : écologiques et économiques. Aujourd'hui, Doublet cherche un industriel capable de produire les dites encres bovines en grands volumes. Avis aux amateurs...