80 ans de la Bataille d'Angleterre : quand les Nazis voulaient débarquer en Grande-Bretagne depuis le nord de la France

Juillet 1940, Seconde Guerre Mondiale. Alors que la Bataille d'Angleterre a déjà débuté dans le ciel entre Britanniques et Allemands, Hitler lance l'Opération Seelöwe, projet de débarquement sur les côtes anglaises, avec une importante flotte rassemblée à Boulogne, Calais et Dunkerque.

Soldats allemands déchargeant d'une barge, une charrette, sur une plage, près de Boulogne-sur-Mer, lors de la préparation de l'opération "Seelöwe".
Soldats allemands déchargeant d'une barge, une charrette, sur une plage, près de Boulogne-sur-Mer, lors de la préparation de l'opération "Seelöwe". © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi29
La Bataille d'Angleterre, plus grand affrontement aérien de l'Histoire, débute officiellement le 10 juillet 1940 lorsque la Luftwaffe  - l'aviation allemande commandée par le maréchal Hermann Göring - lance, depuis ses bases du Nord Pas-de-Calais, un premier raid d'envergure au-dessus de la Manche pour bombarder des convois de navires britanniques.
Une formation de bombardiers allemands Heinkel He 111 (photo non datée)
Une formation de bombardiers allemands Heinkel He 111 (photo non datée) © Musée Mémoire 39-45 Calais
Après l'armistice signé par la France le 22 juin, le but est d'asphyxier la Grande-Bretagne, en désorganisant ses voies d'approvisionnement et son commerce, afin de la contraindre à déposer rapidement les armes.

Bien que les combats soient déjà engagés dans les airs, Adolf Hitler n'a pas encore de stratégie claire face à cet ennemi esseulé mais protégé par le Pas de Calais, ce petit détroit d'une trentaine de kilomètres qui sépare ses fameuses falaises blanches des rives du continent désormais occupées par les Nazis.
Hermann Göring et des officiers allemands scrutant les falaises anglaises depuis le cap Blanc-Nez, dans le Pas-de-Calais, en septembre 1940.
Hermann Göring et des officiers allemands scrutant les falaises anglaises depuis le cap Blanc-Nez, dans le Pas-de-Calais, en septembre 1940. © Narodowe Archiwum Cyfrowe
A Berlin, un point crucial reste en suspens : le Reich doit-il débarquer ses soldats et ses Panzers de l'autre côté de la Manche, sur les côtes anglaises ? 
   

Les hésitations allemandes

Autour du Führer, les avis divergent. Le Großadmiral Erich Raeder, commandant de la marine de guerre, n'est pas favorable à un débarquement. Il le répète encore à Hitler le 11 juillet 1940.
Adolf Hitler et le grand-amiral Erich Raeder passant en revue la flotte allemande (photo non datée)
Adolf Hitler et le grand-amiral Erich Raeder passant en revue la flotte allemande (photo non datée) © dpa dena/picture-alliance / dpa/MaxPPP
Son état-major avait planché sur la question depuis novembre 1939. Il avait estimé l'opération faisable mais extrêmement complexe à mettre en œuvre en raison de la météo imprévisible, des marées, de la configuration des côtes anglaises et de la nécessité de neutraliser - au préalable - l'aviation britannique, tout en tenant à distance la redoutable Royal Navy.

"La conscience de l'insuffisance de ses moyens pèsera lourdement sur lui", jugera, après la guerre, le général Erich von Manstein, l'homme qui avait imaginé le plan d'attaque sur la France et pour qui "l'invasion de l'Angleterre, si elle possédait des chances de réussir, constituait incontestablement la solution juste".
Le grand-amiral Erich Raeder, dans les ruines de Dunkerque, après l'Opération Dynamo de mai/juin 1940, lors de laquelle la Royal Navy britannique était parvenue à évacuer vers l'Angleterre près de 340 000 soldats alliés.
Le grand-amiral Erich Raeder, dans les ruines de Dunkerque, après l'Opération Dynamo de mai/juin 1940, lors de laquelle la Royal Navy britannique était parvenue à évacuer vers l'Angleterre près de 340 000 soldats alliés. © picture-alliance / Judaica-Samml/MaxPPP
Du côté de la Heer (armée de terre), le succès-éclair de la campagne de France en mai/juin 1940 a fait tomber quelques réticences. "Nous étions convaincus du succès, sans nous dissimuler les dangers", dira von Manstein.

Le 30 juin 1940, Alfred Jodl, le chef des Opérations, a remis à Hitler un memorandum. "Si les moyens politiques ne réussissent pas, il nous faudra broyer par la force la volonté de résistance de l’Angleterre", y indiquait-il, proposant "trois possibilités : 1. Siège ; 2. Attaques terroristes contre les centres de population anglais ; 3. Débarquement de troupes".

"Un débarquement en Angleterre ne doit pas avoir comme objectif la conquête militaire de l'île, objectif qui peut être obtenu par la Luftwaffe et la marine allemande", estimait-il toutefois. "Son seul objectif doit être de porter le coup de grâce, si cela est nécessaire, à un pays dont l'économie de guerre est déjà paralysée et dont les forces aériennes ne sont plus capables d'agir".  
Alfred Jodl en 1940.
Alfred Jodl en 1940. © Bundesarchiv, Bild 146-1971-033-01 / CC-BY-SA 3.0
"La victoire finale sur l'Angleterre n'est qu'une question de temps", concluait Jodl.

Le 16 juillet 1940, suivant cet avis, Hitler diffuse sa Directive n°16 qui déclenche les préparatifs de l'Opération Seelöwe ("Lion de Mer" ou "Otarie" en français) : "Puisque l'Angleterre, en dépit d'une situation militaire désespérée, ne montre aucun signe de compréhension, j'ai décidé de préparer une opération de débarquement et, si besoin, de la mettre à exécution. Le but de cette opération sera d'éliminer toute possibilité que le territoire national anglais serve de base à la poursuite de la guerre contre l'Allemagne et, le cas échéant, de l'occuper entièrement".

Tout doit être prêt initialement pour la mi-août.

Le premier plan de débarquement

Dès le 17 juillet, un plan de base est déjà établi. Il suit principalement les vues de l'armée de terre qui souhaite opérer sur un large front afin de séparer les troupes britanniques.

Initialement, trois groupes d'assaut sont désignés en fonction de leur point d'embarquement principal : Cherbourg, Le Havre et Calais.

Celui de Calais intègre également une flotte stationnée à Boulogne-sur-Mer et Ostende en Belgique. Le port de Dunkerque - inutilisable après les bombardements destructeurs de la Luftwaffe pendant l'Opération Dynamo - ne figure pas dans ce premier plan.Le groupe de Cherbourg doit débarquer le plus à l'ouest, dans la baie de Lyme, entre Lyme Regis et Weymouth. Celui du Havre doit attaquer la baie de Brighton. Celui de Calais doit s'établir juste de l'autre côté du détroit, entre Hastings et Douvres, avec le soutien de parachutistes. 

Ce premier plan prévoit l’utilisation de 2028 navires (dont 980 barges) et la mobilisation de 26 régiments, dont 10 pour le seul groupe de Calais.
Des péniches rassemblées dans le port allemand de Wilhelmshaven, en vue de l'Opération "Seelöwe" en 1940.
Des péniches rassemblées dans le port allemand de Wilhelmshaven, en vue de l'Opération "Seelöwe" en 1940. © Bundesarchiv, Bild 101II-MN-1369-10A / CC-BY-SA 3.0
Le débarquement doit être réalisé en trois vagues successives : d'abord l'infanterie pour établir les têtes de pont, ensuite les forces mobiles (divisions blindées et infanterie motorisée), puis l'infanterie de réserve. 

Les Allemands ne disposent pas à l'été 1940 d'un matériel spécifiquement conçu pour cette opération dont l'ampleur est alors inédite pour une armée moderne. Ils doivent donc aménager des péniches à la va-vite pour en faire des barges de débarquement.

"On amena dans les ports des bateaux rhénans dont l'avant avait été coupé pour permettre le chargement et le déchargement de chars", décrit le général Alexander von Falkenhausen, qui vient d'être nommé gouverneur militaire de la Belgique et des deux départements occupés du Nord et du Pas-de-Calais.
Quelques rares images montrant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe" en 1940. Elles ont été retrouvées par l'archiviste allemand Karl Höffkes dans la maison d'un ancien ingénieur mobilisé sur ce projet de débarquement en Angleterre.
La Werhmacht tente aussi d'adapter ses blindés pour des manœuvres amphibies.Vers la fin du mois de juin 1940, des premiers essais de Panzers submersibles ont été conduits en Allemagne.
Un Panzer III modifié en 1940 pour pouvoir être immergé et évolué sous l'eau en vue de l'Opération "Seelöwe".
Un Panzer III modifié en 1940 pour pouvoir être immergé et évolué sous l'eau en vue de l'Opération "Seelöwe". © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-5674-33 / Engelmeier / CC-BY-SA 3.0
Etanchéifiés, ces chars sont équipés de gros tubes reliés à des bouées pour permettre à la fois l'entrée d'air pour les équipages et la transmission des ondes radio. Les échappements sont dotés de clapets anti-retour.
Essai d'immersion d'un Panzer III allemand en vue de l'Opération "Seelöwe" en 1940.
Essai d'immersion d'un Panzer III allemand en vue de l'Opération "Seelöwe" en 1940. © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-5674-43 / Engelmeier / CC-BY-SA 3.0
Plongés avec succès à 7 mètres sous l'eau, ils parviennent à rouler sur le sable marin mais le moindre obstacle, le moindre arrêt, peut provoquer leur enlisement. Plusieurs incidents surviennent pendant ces tests, avec la mort notamment d'une personne, asphyxiée. 
Fritz Todt, ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions, lors d'un test d'immersion d'un Panzer III, en 1940, en vue de l'Opération "Seelöwe".
Fritz Todt, ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions, lors d'un test d'immersion d'un Panzer III, en 1940, en vue de l'Opération "Seelöwe". © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-5675-24 / Engelmeier / CC-BY-SA 3
Officiers, ingénieurs et personnel allemands pendant l'essai d'immersion d'un Panzer III en 1940.
Officiers, ingénieurs et personnel allemands pendant l'essai d'immersion d'un Panzer III en 1940. © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-5674-39 / Engelmeier / CC-BY-SA
Le Panzer III étanchéifié, à quai, photographié en 1940.
Le Panzer III étanchéifié, à quai, photographié en 1940. © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-5675-29 / Engelmeier / CC-BY-SA 3.0
Des Panzers amphibies, dotés de flotteurs et de propulseurs amovibles, sont également testés. Mais ces chars semblent particulièrement vulnérables dans cette configuration.

En août 1940, le Land-Wasser-Schlepper (LWS), un remorqueur chenillé véritablement conçu pour les opérations amphibies, est présenté à l'état-major allemand, mais il faudra attendre l'automne pour que trois prototypes soient mis à disposition des unités qui préparent le débarquement en Angleterre.
Un Land-Wasser-Schlepper photographié en Afrique du Nord en 1942.
Un Land-Wasser-Schlepper photographié en Afrique du Nord en 1942. © Domaine public
"Si les Allemands avaient disposé en 1940 de forces amphibies bien entraînées et dotées de tout le matériel indispensable aux opérations amphibies modernes, leur entreprise n'en aurait été pas moins désespérée, face à notre puissance navale et aérienne. Mais en l'occurrence, ils n'avaient ni les outils, ni l'entraînement nécessaires", ironisera le Premier ministre britannique, Winston Churchill, dans ses Mémoires de guerre.

Le plan de base de l'Opération Seelöwe ne plaît pas vraiment à la marine de guerre allemande. Dès les premiers échanges, le 1er juillet, entre le général Franz Halder, chef d'état-major adjoint de la Heer, et l'amiral Otto Schniewind, son homologue de la Kriegsmarine, des désaccords majeurs sont apparus.
Otto Schniewind, chef d'état-major de la Kriegsmarine, photographié en 1933.
Otto Schniewind, chef d'état-major de la Kriegsmarine, photographié en 1933. © Samuel J. Hood Studio collection / Australian National Maritime Museum - CC-BY-2.0
Là où l'armée de terre souhaite un front élargi, la marine recommande le couloir le plus étroit possible afin d'être en mesure de le sécuriser et d'assurer rapidement plusieurs vagues de transport.

Ce couloir correspond en fait au détroit du pas de Calais, avec une zone de débarquement réduite, comprise entre Eastbourne et Folkestone.La Kriegsmarine estime qu'elle ne sera pas capable d'apporter un soutien logistique si des troupes doivent débarquer dans la baie de Lyme, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Mais le 7 août, toujours pas de compromis. Le général Halder oppose à son tour quelques objections, au nom de l'armée de terre.
Franz Halder (à droite), aux côtés d'Adolf Hitler et Walther von Brauchitsch en 1941.
Franz Halder (à droite), aux côtés d'Adolf Hitler et Walther von Brauchitsch en 1941. © Narodowe Archiwum Cyfrowe
Un débarquement entre Beachy Head, près d'Eastbourne, et Folkestone lui paraît compliqué, en raison de la nature parfois marécageuse du terrain.

Il suggère plutôt d'opérer de part et d'autre de ce secteur : la baie de Brighton, à l'ouest, et sur une zone côtière Deal-Ramsgate, à la pointe sud-est de l'Angleterre. Nouvelle opposition de la Kriegsmarine : la baie de Brighton est bien trop proche des bases de la Royal Navy à Portsmouth et les conditions de navigation n'y sont pas favorables ; quant au secteur Deal-Margate, il n'est accessible qu'en s'approchant des falaises de Douvres où les Britanniques installent pendant l'été de grosses batteries d'artillerie. 
Le canon "Winnie" (14 pouces) installé par les Britanniques à Saint Margaret's, près de Douvres, en août 1940.
Le canon "Winnie" (14 pouces) installé par les Britanniques à Saint Margaret's, près de Douvres, en août 1940. © IWM H 7918
Le général Halder tape du poing sur la table. "Je rejette fortement la proposition de la Marine pour un débarquement sur le front étroit Folkestone-Beachy Head et considère que ce serait un complet suicide pour l’Armée", insiste-t-il savoir.

Et pour bien se faire se faire comprendre, il emploie une métaphore toute germanique : "Ce serait comme mettre directement les troupes qui débarquent dans une machine à saucisses". 
Les défenses côtières britanniques à Sandgate, près de Folkestone, en juillet 1940.
Les défenses côtières britanniques à Sandgate, près de Folkestone, en juillet 1940. © IWM H 2187
La Heer et la Kriegsmarine ne parviendront à s'accorder que vers la fin du mois d'août. A ce moment-là, l'Opération Seelöwe est déjà mal engagée. L'Adlerangriff  ("attaque de l'aigle"), grande offensive aérienne lancée par la maréchal Göring à la mi-août, a tourné au fiasco (voir notre précédent article) et la Luftwaffe peine à imposer cette suprématie des airs, préalable indispensable au débarquement.
Cependant, début septembre, les avions allemands semblent reprendre l'avantage sur la Royal Air Force, affaiblie par les bombardements intensifs et répétés de ses aérodromes.

Les préparatifs à Boulogne, Calais et Dunkerque

Le 29 août, 34 barges d'entraînement sont déjà arrivées dans le port d'Ostende, en Belgique. Le lendemain, trois convois de vedettes motorisées et de chalutiers quittent le port allemand d'Emden, en Frise orientale : le n°506 se rend au Havre, les n°504 et 505 à Boulogne-sur-Mer, où un commandement de la Kriegsmarine s'est installé (il est situé sur la commune voisine de Wimille).Le 12 septembre, les mouvements s'intensifient : ce sont cette fois plusieurs centaines de barges, de péniches et de chalutiers qui convergent vers les principaux ports de la Manche et de la Mer du Nord, entre Le Havre et Rotterdam. 
Photographie aérienne de Boulogne-sur-Mer, prise par un chasseur Spitfire de reconnaissance, pendant les préparatifs de l'Opération Seelöwe. On aperçoit, en haut à gauche, la colonne de la Grande Armée à Wimille et, en bas à droite, les barges de débarquement rassemblées dans le port.
Photographie aérienne de Boulogne-sur-Mer, prise par un chasseur Spitfire de reconnaissance, pendant les préparatifs de l'Opération Seelöwe. On aperçoit, en haut à gauche, la colonne de la Grande Armée à Wimille et, en bas à droite, les barges de débarquement rassemblées dans le port. © HU 93074
Photographie aérienne britannique montrant les barges allemandes rassemblées dans l'avant-port de Boulogne-sur-Mer pour l'Opération "Seelöwe".
Photographie aérienne britannique montrant les barges allemandes rassemblées dans l'avant-port de Boulogne-sur-Mer pour l'Opération "Seelöwe". © IWM C 2582
Autre photographie aérienne britannique montrant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe" à Boulogne-sur-Mer.
Autre photographie aérienne britannique montrant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe" à Boulogne-sur-Mer. © IWM MH 6657
Dunkerque figure désormais parmi les zones d'embarquement de l'Opération Seelöwe. Pendant l'été, les Allemands ont mobilisé 7000 hommes pour rendre son port de nouveau opérationnel.
Des prisonniers de guerre français nettoyant une plage de Dunkerque en juillet 1940. Ici visiblement une moto ensablée, vestige de l'Opération Dynamo et de l'évacuation des troupes britanniques en mai/juin 1940.
Des prisonniers de guerre français nettoyant une plage de Dunkerque en juillet 1940. Ici visiblement une moto ensablée, vestige de l'Opération Dynamo et de l'évacuation des troupes britanniques en mai/juin 1940. © Berliner Verlag/ picture alliance / ZB
"Mon secteur constituait le tremplin idéal pour un débarquement en Angleterre, avec les ports d'Anvers, Zeebruge, Ostende, Dunkerque, Calais, Boulogne", écrit le gouverneur militaire allemand von Falkenhausen. "La 16e armée se préparait dans la région, de Rotterdam à Abbeville (son QG avait quitté Tourcoing pour Guînes, près de Calais NDR), la 9e armée du Havre à Cherbourg. Les préparatifs techniques furent confiés à l'OT (Organisation Todt). (...) Un grand nombre de Belges furent requis pour le travail obligatoire. L'interdiction de construire, que je craignais, arriva et tous les matériaux furent réquisitionnés, principalement le ciment".   
Des travailleurs de l'Organisation Todt à Dunkerque en octobre 1940.
Des travailleurs de l'Organisation Todt à Dunkerque en octobre 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
A Dunkerque, les écluses Trystram et Guillain ont été réparées, une cartographie précise des 177 bateaux coulés en mai/juin 1940, a été établie, et quatre gros navires, sabordés par les Britanniques à la fin de l'Opération Dynamo, ont été en partie dégagés pour libérer l'entrée du port.
Des épaves de navires photographiées dans le port de Dunkerque en juillet 1940.
Des épaves de navires photographiées dans le port de Dunkerque en juillet 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Le commandant allemand de la place, le capitaine Bartels, fait jouer de la musique dans des hauts-parleurs pour motiver ses hommes et accueillir les navires qui viennent jeter l'ancre.
Image de propagande allemande publiée en octobre 1940 montrant des soldats allemands jouant de la musique sur un bateau, dans un port français de la Manche, pendant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe'".
Image de propagande allemande publiée en octobre 1940 montrant des soldats allemands jouant de la musique sur un bateau, dans un port français de la Manche, pendant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe'". © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Les quais du bassin Freycinet sont équipés de sept pontons en acier, spécifiquement fabriqués en Allemagne, pour permettre les embarquements (Boulogne et Calais en ont également reçu six chacun).

En plus des soldats, il faut aussi pouvoir charger des blindés, des camions, des voitures, des motos, des sidecars, des bicyclettes, des chevaux, des canons, des munitions, des vivres, du matériel de construction... bref, toute la logistique nécessaire à une campagne militaire.
Les barges de débarquement photographiées en 1940 par l'aviation britannique dans le port de Dunkerque.
Les barges de débarquement photographiées en 1940 par l'aviation britannique dans le port de Dunkerque. © IWM C 1819
Pour rejoindre les ports d'embarquement, la flotte acheminée par les Allemands ne longe pas seulement les côtes, elle emprunte aussi l'intérieur des terres via l'Escaut et les canaux qui relient Terneuzen (Pays-Bas) à Calais. La consigne est de ne pas hisser de pavillon. Les marins doivent naviguer en costume civil pour éveiller le moins possible les soupçons des Britanniques.

Peine perdue... "Nos photographies aériennes montraient quotidiennement ces mouvements avec précision", dira Churchill. "Il n'avait pas été possible de redéployer notre champ de mines au plus près des côtes françaises. Nous commençâmes immédiatement à faire attaquer les embarcations en transit par nos petites unités et l'activité du Bomber Command fut concentrée sur ce nouvel ensemble de ports d'invasion qui s'offrait à nous".
Des bombardiers britanniques Handley Page Hampden photographiés en 1940. Certains de ces appareils furent utilisés pour attaquer les ports français de la Manche et de la Mer du Nord pendant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe" en septembre 1940.
Des bombardiers britanniques Handley Page Hampden photographiés en 1940. Certains de ces appareils furent utilisés pour attaquer les ports français de la Manche et de la Mer du Nord pendant les préparatifs de l'Opération "Seelöwe" en septembre 1940. © IWM ZZZ 6494
Dans la nuit du 8 septembre, un premier raid des bombardiers britanniques a tué 150 soldats allemands qui dormaient dans une école maternelle de Dunkerque. 10 civils ont également péri à Saint-Pol-sur-Mer. Entre le 8 septembre et le 10 octobre, les bombes anglaises vont faire 46 morts parmi les Dunkerquois et 45 blessés. 60 habitations seront détruites.

Dès le mois d'août, nous avions appris que les Anglais avaient lancé des tracts sur la côte, demandant à la population de s'éloigner, car ils seraient obligés de bombarder les ports où pouvait avoir lieu l'embarquement des troupes allemandes partant vers l'Angleterre.

Denise Delmas-Decreuse, institutrice à Bailleul.

"Chaque jour, nous voyions quelques personnes quitter Dunkerque pour se réfugier à Hazebrouck, Bailleul, Armentières ou Lille", écrit en octobre 1940 Denise Delmas-Decreuse, institutrice à Bailleul qui habitait auparavant dans la cité de Jean Bart. "Nous recevions des nouvelles de Monsieur et Madame Lasuye, installés dans notre maison : il y avait eu des victimes, des maisons avaient été démolies, en particulier une maison en face de la nôtre. Nous nous demandions si nous reverrions un jour nos meubles".

"Dès le mois d'août, nous avions appris que les Anglais avaient lancé des tracts sur la côte, demandant à la population de s'éloigner, car ils seraient obligés de bombarder les ports où pouvait avoir lieu l'embarquement des troupes allemandes partant vers l'Angleterre", indique également l'enseignante dans son journal.
Ce bombardier Bristol Blenheim du 40 Squadron effectua un raid sur les barges de débarquement positionnées à Ostende (Belgique) dans la nuit du 8 au 9 septembre 1940 mais fut abattu par les Allemands.
Ce bombardier Bristol Blenheim du 40 Squadron effectua un raid sur les barges de débarquement positionnées à Ostende (Belgique) dans la nuit du 8 au 9 septembre 1940 mais fut abattu par les Allemands. © IWM CH 787
A Calais, les bombardements britanniques tuent 49 civils et en blessent 46 entre septembre et octobre 1940.

Boulogne-sur-Mer est aussi la cible des raids nocturnes ordonnés par le Bomber Command. En seulement neuf jours, du 18 au 27 septembre, elle reçoit 143 tonnes de bombes. Selon un bilan dressé en novembre par le préfet du Pas-de-Calais, 800 immeubles ont été détruits, 2000 autres endommagés.
Photographie aérienne d'un bombardement britannique sur Boulogne-sur-Mer. On aperçoit en haut à droite, l'impact des bombes autour des bassins du port (document non daté).
Photographie aérienne d'un bombardement britannique sur Boulogne-sur-Mer. On aperçoit en haut à droite, l'impact des bombes autour des bassins du port (document non daté). © IWM C 1861
Les Britanniques estiment que ces bombardements de septembre 1940 ont permis de détruire, en deux semaines, 12,5% des barges de débarquement allemandes. "Ce fut une proportion suffisante pour persuader une Kriegsmarine hésitante qu'elle devrait disperser davantage ses navires", affirme Sebastian Cox, le directeur du Service historique de la Royal Air Force. 
Pendant les préparatifs de l'Opération Seelöwe, les raids britanniques ne sont pas qu'aériens : entre le 7 et le 14 septembre, des vedettes-torpilleurs (MTB), des croiseurs et des destroyers de la Royal Navy mènent des opérations nocturnes sur la Manche et la Mer du Nord et parviennent à couler quelques navires allemands dans les ports de Boulogne-sur-Mer, Dunkerque et Ostende.
Une vedette-torpilleur britannique MTB vers 1940.
Une vedette-torpilleur britannique MTB vers 1940. © IWM A 2640
Les Allemands effectuent des comptages réguliers de la flotte constituée pour le débarquement. Le 17 septembre 1940, leurs registres indiquent à Dunkerque :Le même jour, à Boulogne-sur-Mer, il y a  :
Soldats allemands préparant un navire à Boulogne-sur-Mer en 1940 et y embarquant du matériel pour l'Opération "Seelöwe".
Soldats allemands préparant un navire à Boulogne-sur-Mer en 1940 et y embarquant du matériel pour l'Opération "Seelöwe". © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi27
A Calais, les Allemands disposent de :Le port de Gravelines, de moindre dimension, a été réquisitionné à son tour pour désengorger Calais. A la même date, il rassemble :

Le plan définitif du débarquement 

Les Allemands ont arrêté le plan définitif de leur débarquement en Angleterre le 14 septembre 1940.C'est la flotte de transport E, positionnée en Normandie, qui doit effectuer les premiers mouvements.

L'état-major a calculé qu'il lui faudrait au moins 72 heures pour s'assembler face au Havre, car des embarcations doivent aussi converger depuis Caen, Rouen, Trouville et Fécamp.
Des chalutiers, avec une peinture de camouflage, dans le port de Fécamp, en vue de l'Opération "Seelöwe. Cette photo est datée du 9 octobre 1940. A quai, des soldats d'une division de montagne qui devaient débarquer au pied des falaises des Seven Sisters.
Des chalutiers, avec une peinture de camouflage, dans le port de Fécamp, en vue de l'Opération "Seelöwe. Cette photo est datée du 9 octobre 1940. A quai, des soldats d'une division de montagne qui devaient débarquer au pied des falaises des Seven Sisters. © Bundesarchiv, Bild 146-1970-084-11 / Hecht / CC-BY-SA 3.0
Une avant-garde de 200 vedettes et chalutiers, accompagnés de 100 caboteurs, la précédera pour déposer au plus vite des troupes de choc sur la côte sud de l'Angleterre. 7000 à 8000 hommes, dotés d'un armement léger, auront pour mission de s'emparer d'un secteur compris entre Brighton et Beachy Head, là où se trouvent les fameuses falaises des Seven Sisters, à l'ouest d'Eastbourne.
Des soldats surveillant les côtes depuis les célèbres falaises des Seven Sisters, près d'Eastbourne, dans le sud-est de l'Angleterre, le 28 octobre 1940.
Des soldats surveillant les côtes depuis les célèbres falaises des Seven Sisters, près d'Eastbourne, dans le sud-est de l'Angleterre, le 28 octobre 1940. © IWM H 5108
La tâche s'annonce complexe : la base navale britannique de Portsmouth n'est pas loin et la 6.Gebirgs-Division (6e divison de montagne) devra débarquer au pied de ces falaises, dans la petite embouchure de Cuckmere Haven.
Cuckmere Haven et les falaises des Seven Sisters de nos jours.
Cuckmere Haven et les falaises des Seven Sisters de nos jours. © Glyn KIRK / AFP
Ces soldats devront escalader au plus vite ces hauteurs pour y installer des canons.
Des soldats d'une division de montagne allemande photographiés en 1943 sur le front Est, en Russie.
Des soldats d'une division de montagne allemande photographiés en 1943 sur le front Est, en Russie. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Cette position stratégique surplombe à l'est, une seconde zone de débarquement, située entre Eastbourne et Bexhill-on-Sea. Elle a été attribuée à la flotte de transport D qui partira de Boulogne-sur-Mer..

L'assaut doit être mené par deux divisions d'infanterie commandées par le général Erich von Manstein. 
Le général Erich von Manstein en Ukraine en 1942.
Le général Erich von Manstein en Ukraine en 1942. © Narodowe Archiwum Cyfrowe
L'une des plages de débarquement est celle de Pevensey, où étaient déjà arrivés les chevaliers normands de Guillaume le Conquérant lors de leur conquête de l'Angleterre en 1066.
La baie de Pevensey dans l'East Sussex, au sud de l'Angleterre.
La baie de Pevensey dans l'East Sussex, au sud de l'Angleterre. © Simon Carey
En Mer du Nord, la flotte de transport B doit commencer à se former peu de temps après celle du Havre. Le point de départ du premier convoi est Rotterdam aux Pays-Bas. 

Ce convoi recevra l'escorte de dragueurs de mines, à partir de Hoek van Holland, puis mettra le cap à l'ouest vers le pas de Calais. En chemin, il fera la jonction avec les barges et les embarcations parties de Zeebruges, Ostende et Dunkerque.

Leur zone de débarquement en Angleterre est un secteur côtier situé entre New Romney et Hythe, près de Folkestone.
La plage de Dymchurch, près de Hythe, où les Allemands avaient prévu de débarquer.
La plage de Dymchurch, près de Hythe, où les Allemands avaient prévu de débarquer. © Nilfanion - CC-BY-SA 4.0
Quatre régiments d'infanterie devront s'emparer de ce secteur stratégique qui donnera ensuite accès au port de Douvres.
Défenses côtières britanniques entre Rye et Sandgate en juillet 1940.
Défenses côtières britanniques entre Rye et Sandgate en juillet 1940. © IWM H 2178
Ils seront soutenus dans leur mission par deux régiments aéroportés. La mission de ces parachutistes sera de sécuriser les routes entre Folkestone et Canterbury. 
Un parachutiste allemand photographié le 10 mai 1940 lors de l'offensive allemande contre les Pays-Bas.
Un parachutiste allemand photographié le 10 mai 1940 lors de l'offensive allemande contre les Pays-Bas. © IWM MH 8058
Une quatrième et dernière flotte de transport doit participer à ce débarquement en Angleterre : elle porte la lettre C et son premier convoi devra partir du port belge d'Anvers.

Escorté par des dragueurs de mines à partir de Flessingue, à l'embouchure de l'Escaut, il sera rejoint en chemin par les barges et les navires rassemblés à Gravelines et à Calais.

Leur cible : les plages situées entre Hastings et Camber.
La plage de Camber Sands, près de Rye, était l'une des zones de débarquement prévues par les Allemands.
La plage de Camber Sands, près de Rye, était l'une des zones de débarquement prévues par les Allemands. © JJ Jones - CC-BY-3.0
Deux régiments de montagne devront s'emparer des hauteurs de Cliff End, derrière Hastings, pendant que deux régiments encercleront la ville de Rye. 

En tout, 138 000 hommes doivent débarquer sur les côtes anglaises lors des deux premiers jours de l'Opération Seelöwe.
Un débarquement de troupes motorisées allemandes, en Russie, en 1941.
Un débarquement de troupes motorisées allemandes, en Russie, en 1941. © Bundesarchiv, Bild 101II-MN-2781-19 / Peter / CC-BY-SA 3.0
Leur premier objectif sera d'établir une tête de pont derrière une ligne Brighton-Ashford-Deal, dans le sud-est de l'Angleterre, avant de progresser vers le nord, en direction de Londres.Le gros des divisions blindées arrivera lors de la deuxième vague. Le plan de l'Opération Seelöwe prévoit de recourir aux mêmes unités qui ont fait des ravages lors de la campagne de France, comme la 7e Panzerdivision du général Erwin Rommel.
La 7e Panzerdivison de Rommel, dans la Somme, en juin 1940.
La 7e Panzerdivison de Rommel, dans la Somme, en juin 1940. © IWM RML 257
Au total, ce sont entre 250 000 et 300 000 soldats allemands qui doivent participer à ce débarquement outre-Manche, transportés par plus de 3600 navires. La Luftwaffe - aux prises depuis deux mois avec la Royal Air Force - mobilisera ses bombardiers en piqué Stukas en soutien des troupes au sol.
Des Stukas allemands photographiés en 1940.
Des Stukas allemands photographiés en 1940. © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP
Pour protéger les flottes de transport, sept grosses batteries d'artillerie ont été installées, dès l'été 1940, le long de la Côte d'Opale, entre Oye-Plage et le cap d'Alprech, près de Boulogne-sur-Mer. Leurs obus sont capables d'atteindre le territoire anglais, juste en face.
Un soldat allemand observant à travers un double télescope depuis une batterie du front occidental, en octobre 1940.
Un soldat allemand observant à travers un double télescope depuis une batterie du front occidental, en octobre 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
La Kriesgmarine doit également établir des barrières de mines, de part et d'autre du détroit du pas de Calais.

Par ailleurs, le contre-amiral Karl Dönitz a indiqué, le 6 août 1940, qu'une cinquantaine de ses sous-marins seraient disponibles pour l'Opération.
Karl Dönitz devant l'un de ses sous-marins à Saint-Nazaire, en juin 1941.
Karl Dönitz devant l'un de ses sous-marins à Saint-Nazaire, en juin 1941. © Bundesarchiv, Bild 101II-MW-3491-06 / Buchheim, Lothar-Günther / CC-BY-SA 3.
La marine allemande a aussi planifié d'importantes manœuvres de diversion, sous le nom de code Herbstreise ("voyage d'automne"). Des rassemblements de troupes sur la côte atlantique française et des déplacements de navires doivent laisser croire à un possible débarquement en Irlande, pour tenter d'éloigner les vaisseaux de la Royal Navy de la zone de débarquement.

D'autres leurres sont prévus en Mer du Nord, le long des rives orientales de la Grande-Bretagne. 

L'Opération Seelöwe n'aura pas lieu

Malgré toute cette préparation déjà bien avancée, Hitler décide, le 17 septembre 1940, de différer sine die l'Opération Seelöwe. Le 12 octobre, elle est officiellement reportée au printemps suivant. Elle n'aura en fait jamais lieu.

"Deux raisons - ou deux prétextes - conduisirent Hitler, dans l'essentiel, à abandonner le plan Seelöwe", résume le général von Manstein. "Premièrement, le fait que les préparatifs se prolongèrent tant, que le passage de la première vague ne pouvait être envisagé avant le 24 septembre, c'est-à-dire à un moment où (...) on n'avait plus l'assurance de disposer d'une période de beau temps assez longue pour poursuivre l'opération. La deuxième raison, la plus décisive, fut que la Luftwaffe n'était pas parvenue, à cette date, à obtenir la maîtrise aérienne désirable au-dessus de l'Angleterre"

S'il avait existé un "Plan de guerre", qui aurait dû étudier à l'avance la manière de vaincre l'Angleterre, une partie essentielle des préparatifs eussent pu être entrepris avant la fin de la campagne de France.

Erich von Manstein, général allemand

"Dès l'époque, il fut apparent qu'Hitler n'y avait pas mis tout son cœur", estime-t-il. "On observa, même aux échelons d'exécution, que le haut commandement n'imprimait pas aux préparatifs son impulsion habituellement si énergique. (...) S'il avait existé un "Plan de guerre", qui aurait dû étudier à l'avance la manière de vaincre l'Angleterre, une partie essentielle des préparatifs eussent pu être entrepris avant la fin de la campagne de France. S'il avait existé, Hitler n'aurait certainement pas pu avoir l'idée - quelles que fussent ses raisons - de laisser échapper le corps expéditionnaire britannique à Dunkerque".

Von Manstein fait ici référence à l'ordre du dictateur allemand de stopper l'avancée de ses chars le 24 mai 1940, dans le nord de la France, alors qu'ils étaient en mesure de couper le repli de l'armée britannique.
Pour le général allemand, stratège de la Blitzkrieg ("Guerre-éclair"), les hésitations puis le renoncement à envahir la Grande-Bretagne sont avant tout politiques. "Il ne peut exister aucun doute à ce sujet, Hitler a toujours désiré éviter une lutte contre l'Angleterre et l'empire britannique", juge von Manstein. "Il a affirmé assez souvent qu'il n'était pas dans l'intérêt du Reich de détruire cet empire. Il l'admirait comme réalisation politique. Même si l'on se refuse à accorder à ces déclarations une confiance sans réserve, un fait est certain : Hitler savait que si cet empire était détruit, l'héritier ne pouvait être ni lui, ni l'Allemagne, mais les Etats-Unis, le Japon ou l'Union soviétique".
Erich von Manstein (à gauche) avec Hitler et d'autres officiers en 1943.
Erich von Manstein (à gauche) avec Hitler et d'autres officiers en 1943. © Narodowe Archiwum Cyfrowe
L'Union soviétique obsèdait déjà Hitler lorsque la Bataille d'Angleterre a débuté. Les préparatifs de l'Opération Barbarossa - son plan d'invasion à l'Est - avaient été lancés dès le 21 juillet 1940 alors que son état-major planchait sur Seelöwe.

Les Allemands mettront d'ailleurs à profit le travail effectué sur ce projet de débarquement en Grande-Bretagne lorsqu'ils lanceront leur offensive contre l'URSS le 21 juin 1941. "Seelöwe permit aux unités blindées d'expérimenter les chars amphibies des types III et IV", notera le général Heinz Guderian. "Avant le 10 septembre, ces chars étaient prêts à intervenir, à l'école de tir des chars de Putlos en Holstein (nord de l'Allemagne NDR). Ils trouvèrent un emploi en 1941 en Russie pour le passage du Boug".

Si les préparatifs du débarquement outre-Manche sont suspendus le 12 octobre 1940, les péniches et les barges rassemblées dans les ports de la Manche et de la Mer du Nord ne sont pas immédiatement dispersées.
Des officiers allemands scrutant les côtes anglaises depuis le Pas-de-Calais en octobre 1940.
Des officiers allemands scrutant les côtes anglaises depuis le Pas-de-Calais en octobre 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Le 13 septembre, bien qu'admettant que les conditions n'éraient pas réunies pour mener à bien l'Opération Seelöwe, le Großadmiral Erich Raeder, chef de la marine de guerre, recommandait de ne surtout pas l'annuler. "Les Britanniques doivent se sentir en insécurité", plaidait-il.

Ainsi, le 8 novembre 1940, les Allemands compteront encore 603 navires à Boulogne-sur-Mer, 465 à Calais, 242 à Dunkerque et 46 à Gravelines. Ce sera le dernier recensement connu de l'Opération Seelöwe.  
Mais les Britanniques ne seront pas dupes. Dès la fin septembre, leurs services de renseignement interceptent et décodent des messages mentionnant l'arrêt des préparatifs. Un soulagement pour le Premier ministre, Winston Churchill, qui prenait la menace d'un débarquement nazi très au sérieux.

"Mon principal sujet de crainte était de voir débarquer des chars ennemis", écrira-t-il dans ses Memoires de guerre. "Nous n'avions pratiquement pas de canons, ni de munitions antichars. On mesura la situation désespérée à laquelle nous étions réduits face à ca danger d'après l'incident suivant. Je visitais un jour nos plages de la baie de Saint Margaret's, près de Douvres. Le général m'informa qu'il n'avait dans sa brigade que trois canons antichars pour couvrir les six à huit kilomètres de cette côte extrêmement menacée".
Winston Churchill lors d'une inspection des défenses côtières dans l'est de l'Angleterre, le 7 août 1940.
Winston Churchill lors d'une inspection des défenses côtières dans l'est de l'Angleterre, le 7 août 1940. © IWM H 2838
Winston Churchill observant la Manche depuis Douvres, le 28 août 1940.
Winston Churchill observant la Manche depuis Douvres, le 28 août 1940. © IWM H 3499
Winston Churchill posant avec une mitraillette lors d'une inspection des défenses côtières à Hartlepool, dans l'est de l'Angleterre, le 31 juillet 1940.
Winston Churchill posant avec une mitraillette lors d'une inspection des défenses côtières à Hartlepool, dans l'est de l'Angleterre, le 31 juillet 1940. © IWM H 2646
Si l'essentiel des troupes du Corps expéditionnaire a pu être rapatrié lors de l'évacuation de Dunkerque en mai/juin 1940, l'armée britannique avait dû abandonner en France beaucoup de matériel. En juillet, elle ne disposait ainsi que de 200 chars pour défendre l'ensemble de son territoire.
Des chars britanniques Cruiser Mk IV traversant un village du Surrey, au sud de l'Angleterre, en juillet 1940.
Des chars britanniques Cruiser Mk IV traversant un village du Surrey, au sud de l'Angleterre, en juillet 1940. © IWM H 2490
Des Universal et Bren Gun carriers à Dorking, dans le Surrey, le 23 juillet 1940.
Des Universal et Bren Gun carriers à Dorking, dans le Surrey, le 23 juillet 1940. © IWM H 2442
"Il fallait organiser et déployer notre armée régulière reconstituée et les formations territoriales, plus nombreuses mais moins bien instruites, afin de créer un système de défense perfectionné, et de nous tenir prêts à détruire l'envahisseur s'il se montrait", commentera Churchill.

De part et d'autre, c'était la victoire ou la mort.

Winston Churchill, Premier ministre britannique

Le Premier ministre britannique comptait s'appuyer notamment sur la Home Guard, une milice paramilitaire créée en mai 1940 pour contrer une éventuelle invasion. Il s'agissait de volontaires qui, en raison de leur âge, n'étaient pas ou plus aptes à servir dans l'armée, ce qui leur valut le surnom de Dad's Army ("l'armée de papa"). On y trouvait notamment des vétérans de la Première guerre mondiale.
En 1940, le roi d'Angleterre George VI inspecte les Home Guards dans l'Essex puis les soldats affectés à la défense côtière (extrait des actualités britanniques British Pathé)
En juin 1940, Tom Wintringham, ancien membre des Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne, ouvrit un camp d'entraînement "officieux" à Osterley Park, un très chic domaine de l'ouest de Londres, pour former les Home Guards aux techniques de la guerilla : préparation de cocktails Molotov et de grenades artisanales, camouflage, tactiques anti-chars, combats de rue...    
Des membres de la Home Guard s'entraînent à jeter des cocktails Molotov sur des véhicules, à Osterley Park, en juillet 1940.
Des membres de la Home Guard s'entraînent à jeter des cocktails Molotov sur des véhicules, à Osterley Park, en juillet 1940. © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP
Un Home Guard s'entraînant au combat de rue, en jetant un cocktail Molotov contre un faux char allemand, à Cromer (Norfolk, est de l'Angleterre), en août 1940.
Un Home Guard s'entraînant au combat de rue, en jetant un cocktail Molotov contre un faux char allemand, à Cromer (Norfolk, est de l'Angleterre), en août 1940. © IWM H 2722
Des Home Guards s'entraînant à viser des avions derrière des barricades, le 30 juillet 1940, près de Shrewsbury, dans le centre de l'Angleterre.
Des Home Guards s'entraînant à viser des avions derrière des barricades, le 30 juillet 1940, près de Shrewsbury, dans le centre de l'Angleterre. © IWM H 2625
La Home Guard comptera plus d'un million de membres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle était pleinement intégrée au plan de défense présenté à Churchill le 25 juin par le général Edmund Ironside, commandant en chef des forces intérieures.
Le général Edmund Ironside, à droite, aux côtés de Lord Gort, en septembre 1939.
Le général Edmund Ironside, à droite, aux côtés de Lord Gort, en septembre 1939. © IWM H 2
"En première ligne, une "carapace" retranchée sur les plages d'invasion probable de notre littoral, dont les défenseurs devaient résister sur place, soutenus par des réserves mobiles destinées à la contre-attaque immédiate", détaille le Premier ministre."En second lieu, une ligne d'obstacles antichars, tenues par les éléments de la Home Guard, tout le long du centre-est de l'Angleterre, protégeant Londres et les grands centres industriels des incursions des véhicules blindés ; enfin, derrière cette ligne, les réserves principales massées en vue de contre-offensives de grande envergure".
Des obstacles anti-chars, près de Brighton, dans le sud de l'Angleterre. La photo a été prise le 26 juin 1940.
Des obstacles anti-chars, près de Brighton, dans le sud de l'Angleterre. La photo a été prise le 26 juin 1940. © IWM H 1946
Un "trompe-l'oeil" dissimulant une casemate et l'emplacement de mitrailleuses, à Felixstowe (Suffolk, est de l'Angleterre), le 24 août 1940.
Un "trompe-l'oeil" dissimulant une casemate et l'emplacement de mitrailleuses, à Felixstowe (Suffolk, est de l'Angleterre), le 24 août 1940. © IWM H 3306
Des Home Guards démontant des panneaux de direction, près de Londres, en cas d'un éventuel débarquement des troupes allemandes (photo non datée).
Des Home Guards démontant des panneaux de direction, près de Londres, en cas d'un éventuel débarquement des troupes allemandes (photo non datée). © IWM HU 49250
Un fossé anti-chars à Farnham (Surrey, sud de l'Angleterre), le 24 juillet 1940.
Un fossé anti-chars à Farnham (Surrey, sud de l'Angleterre), le 24 juillet 1940. © IWM H 2473
"Toute formation attaquée devait tenir bon, non pas en ligne, mais en hérisson, tandis que d'autres unités feraient rapidement mouvement pour détruire les assaillants venus de la mer ou du ciel", poursuit Churchill. "Les hommes coupés de tout secours immédiat ne devaient pas se contenter de tenir sur place ; des mesures actives étaient prévues afin de harceler l'ennemi sur ses arrières, de désorganiser ses communications et de détruire son matériel - ainsi que les Russes devaient le faire avec d'excellents résultats, un an plus tard, lorsque la marée allemande déferla sur leur pays".
Des soldats britanniques s'entraînant au combat sur une plage de l'Essex (est de l'Angleterre) le 19 juillet 1940.
Des soldats britanniques s'entraînant au combat sur une plage de l'Essex (est de l'Angleterre) le 19 juillet 1940. © IWM H 2357
Des soldats britanniques à l'entraînement sur une plage de Poole (Dorset, sud-ouest de l'Angleterre), le 31 juillet 1940.
Des soldats britanniques à l'entraînement sur une plage de Poole (Dorset, sud-ouest de l'Angleterre), le 31 juillet 1940. © IWM H 2669
Un soldat britannique camouflé, à l'entraînement dans le Surrey (sud de l'Angleterre), le 9 juillet 1940.
Un soldat britannique camouflé, à l'entraînement dans le Surrey (sud de l'Angleterre), le 9 juillet 1940. © IWM H 2144
Le Royaume-Uni était déterminé à user de tous les moyens pour repousser l'ennemi, y compris les armes chimiques. 1495 tonnes de gaz moutarde avaient été ainsi stockés en 1940. "De part et d'autre, c'était la victoire ou la mort", résumera Churchill.
Des soldats britanniques portant des masques à gaz à l'entraînement, près de Woking (Surrey, sud de l'Angleterre), le 8 juillet 1940.
Des soldats britanniques portant des masques à gaz à l'entraînement, près de Woking (Surrey, sud de l'Angleterre), le 8 juillet 1940. © IWM H 2136
Finalement, les seuls Allemands que les Britanniques verront sur leur territoire, pendant la Seconde Guerre Mondiale, seront des aviateurs abattus et quelques espions. Avec parfois quelques anecdotes étonnantes...

Dans la nuit du 3 septembre 1940, pendant les préparatifs de Seelöwe, deux hommes, José Waldberg et Carl Meier, quittent Boulogne-sur-mer à bord d'un petit voilier en direction du cap Gris-Nez. Là, ils sont remorqués par un dragueur de mines allemand qui les aide à traverser la Manche. Au petit matin, ils accostent discrètement, à bord d'un petit canot pneumatique, sur une plage du cap de Dungeness, dans le sud-est de l'Angleterre.Leur mission est de collecter des renseignements en vue du débarquement, mais elle tourne court.

A peine arrivé, Meier est vite reperé par les Britanniques dans un pub du village de Lydd : il avait fait l'erreur de commander une pinte de cidre, alors que la vente d'alcool en Angleterre est interdite le matin.
Le village de Lydd (Kent) de nos jours.
Le village de Lydd (Kent) de nos jours. © Edgepedia - CC-BY-SA 3.0
Dénoncé par la patronne de l'établissement, une certaine Mrs Cole, il est arrêté, tout comme le sera son camarade le lendemain, le long d'une voie ferrée.

Les deux hommes seront fusillés le 10 décembre 1940.

Rendez-vous demain pour un nouvel épisode de cette série consacrée aux 80 ans de la Bataille d'Angleterre. Nous irons sur les traces des pilotes de la Royal Air Force abattus pendant cette bataille et inhumés dans le Pas-de-Calais.
 
SOURCES

► Livres :
  • Peter Schenk Operation Sealion - The Invasion of England 1940
  • François Bedarida La Bataille d'Angleterre
  • Erich von Manstein Mémoires
  • Alexander von Falkenhausen Mémoires d’Outre-Guerre
  • Winston Churchill Mémoires de guerre
  • Denise Delmas-Decreuse Journal de guerre d'une institutrice du Nord 1939-1945
  • Heinz Guderian, Souvernirs d'un soldat
  • Andrew Knapp Les Français sous les bombes alliées, 1940-1945
  • Jean-Pierre Azéma 1940, l'année noire : de la débandade au trauma
  • Serge Blanckaert, Dunkerque 1939-1945
  • Alain Lottin (sous la direction) Histoire de Boulogne-sur-Mer, ville d'art et d'histoire
  • Richard NorthThe Many Not The Few: The Stolen History of the Battle of Britain
  • Geoff Hewitt Hitler's Armada : The Royal Navy and the Defence of Great Britain April-October 1940
  • Yves Le Maner (sous la direction), Sebastian Cox Tombés du Ciel : les aviateurs abattus au-dessus du Nord Pas-de-Calais (1940-1944)
  • Joshua Levine Operation Fortitude, The Story of the Spies and the Spy Operation that saved D-Day
Articles : ► Site internet :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale culture histoire belgique royaume-uni pays-bas international
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter