Affaire Kulik : le silence des enregistrements vidéos

Willy Bardon comparaîtra devant les Assises de la Somme en automne 2019 / © France 3 Picardie
Willy Bardon comparaîtra devant les Assises de la Somme en automne 2019 / © France 3 Picardie

La chambre de l'instruction du tribunal d'Amiens l'a décidé ce vendredi : une expertise sera menée pour déterminer l'origine des dysfonctionnements des enregistrements vidéos des gardes à vue de Willy Bardon, comme le réclamait son avocat. Une décision qui pourrait encore décaler la tenue du procès.

Par A.R. et G.G.

Le rappel des faits
 

Le corps d'Elodie Kulik, jeune femme de 24 ans, avait été découvert le 12 janvier 2002 par un agriculteur entre Cartigny et Tertry (Somme), partiellement calciné.

Elodie avait été violée, étouffée et brûlée. Les pompiers avaient enregistré deux appels téléphoniques, de quelques secondes, où l'on entendait la jeune femme hurler.
 

Grâce à l'ADN, les enquêteurs identifieront un supect, Grégory Wiart, décédé quelques mois après le meurtre. Sur les enregistrements des pompiers, il y aurait au moins deux voix d'hommes. Les amis de Grégory Wiart ont donc été auditionnés et un homme, Willy Bardon, a été accusé. C'est désormais le seul suspect aujourd'hui poursuivi en justice
 

Des enregistrements vidéos sans piste audio


En janvier 2014, Willy Bardon est entendu en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'Elodie Kulik. Il affirme à son avocat qu'en l'absence de celui-ci, l'une des auditions a été houleuse. La défense de Bardon réclame alors les enregistrements vidéos de l'audition en question.

Mais le juge d'instruction informe les avocats que la vidéo comporte un dysfonctionnement : si l'image est bien présente, il n'y a pas de son.

En réaction, Stéphane Daquo, qui représente Willy Bardon, demande l'expertise de cette vidéo, pour déterminer l'origine du dysfonctionnement : " soit c'est une faute à pas de chance, soit on ne sait pas, soit c'était volontaire" s'interroge l'avocat.

En première instance, le Juge d'instruction refuse l'expertise demandée par maître Daquo. Mais la Chambre de l'instruction revient sur ce refus, vendredi 20 novembre dernier, en faisant finalement droit à la demande d'expertise en question. La vidéo sera donc envoyée à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale.

L'assignation à résidence de Willy Bardon prend fin dans quelques mois


Une assignation à résidence avec port de bracelet electronique dans le cadre d'une information judiciaire, c'est-à-dire avant la tenue du procès, ne peut excéder deux ans.

Willy Bardon sera donc libéré de son bracelet electronique et libre de quitter son domicile, au printemps 2016, dans quelques mois. Ensuite, il pourra être placé sous contrôle judiciaire, avec des obligations bien moindres.
 

Un procès en 2016, au plus tôt


Pour maître Robiquet, avocat du père d'Elodie Kulic, "les nouvelles expertises vont retarder l'instance, donc le procès. Le délai raisonnable sera dépassé. Le procès ne devrait pas avoir lieu avant au moins un an. S'il avait lieu en 2016, ce serait un miracle."

Sur le même sujet

Les + Lus