Aisne : un timbre à l'effigie de Suzanne Noël, féministe et pionnière de la chirurgie esthétique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Célia Vanier

La Poste s'aprête à émettre un timbre en hommage à Suzanne Noël (1878-1954), une Laonnoise pionnière de la chirurgie réparatrice lors de la Première Guerre mondiale et fondatrice du premier club Soroptimist en Europe. Il sera disponible dès le 5 mars.

C'est un hommage à une grande femme qui a mené deux combats uniques... Suzanne Noël, née Gros, naît en 1878 à Laon. Elle quitte sa ville natale en 1897, année au cours de laquelle elle se marie avec un médecin et vient s’installer à Paris. Rien ne prédéstine, à priori, cette jeune bourgeoise à la médecine... Et pourtant, c'est encouragée par son époux qu'elle débute des études en médecine.



En 1908, elle commence son premier externat sous la houlette d’un pionnier de la chirurgie maxillo-faciale, le professeur Morestin. L’année suivante, c’est au sein du service de dermatologie, avec le professeur Brocq, qu’elle effectue un second externat. Et c'est justement à Saint-Louis qu'elle effectue ses premiers gestes de chirurgie esthétique, sur des volontaires. 





Une pionnière dans son domaine et féministe dans l'âme​



Durant la guerre, Suzanne Pertat est autorisée à exercer la médecine. Coupée de ses biens de Laon, envahie par les Allemands, elle doit faire vivre sa fille et sa mère réfugiée et exerce la médecine dans de terribles conditions matérielles. Tandis que les blessés de la face se multiplient, elle se dépense sans compter. 



En 1923, alors que la jeune médecin vient de perdre sa fille unique à cause de la grippe espagnole et son mari à la guerre, elle est contactée par l'américain Stuart Morrow pour créer un club Soroptimist, une sorte de Rotary féminin. Suzanne Noël fonde en octobre 1924 le premier club Soroptimist du continent européen, le club de Paris. Elle y invite ses amies poétesses, journalistes, etc.





"Deux fois folle"



Dès lors, on dit de Suzanne Noël qu'elle est "deux fois folle". D'abord parce qu'elle se spécialise dans la chirurgie plastique, et ensuite parce qu'elle s'engage entre autres, pour le droit de vote des femmes. 



Mais les moqueries se l'arrêtent pas. À 48 ans, tandis que son second mari vient de se suicider, elle décide de passer sa thèse de médecine, dont elle avait été dispensée à cause de la guerre. 



Au printemps 1936, Suzanne Noël perd la vue durant plusieurs mois. Elle se consacre alors au club des Soroptimist et voyage à travers le monde pour ouvrir de nouvelles antennes, tout en donnant des conférences sur sa pratique de la chirurgie esthétique. Personnalité internationale de premier plan, elle fonde successivement les clubs Soroptimist de La Haye, Amsterdam, Vienne, Berlin, Anvers, Genève, les clubs baltes, ceux d'Oslo, Budapest, et même ceux de Pékin et Tokyo. 



► LIRE AUSSI : 
Joséphine Baker, mé(ga)lomane au grand cœur







Résistante sous l'Occupation

Opérée de la cataracte, elle reprend du service sous l'Occupation pour remodeler et transformer le visage de résistants recherchés par la Gestapo. Elle "arianise" les "nez sémites". Après la guerre, elle aide les rescapés des camps pour effacer les traces de leur déportation.  



Après sa mort en 1954, une bourse portant son nom est instituée pour aider une femme médecin à se spécialiser en chirurgie plastique. 



Le timbre à son effigie sera disponible dès le 3 mars. Il s’agit d’un timbre vertical aux dimensions 30×85 et d’une valeur faciale de 95 centimes d'euros. Le timbre sera vendu en avant-première les vendredi 2 et samedi 3 mars 2018 de 9 à 17 heures à L’E.S.C.A.L., 63, rue Serurier, à Laon.





Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité