Du SQBB à la draft de la NBA, l'ascension fulgurante du basketteur Hugo Besson : "je savais que j'en étais capable"

Prêté pour la saison 2020-2021, le jeune basketteur Hugo Besson originaire d'Angers réalise une saison exceptionnelle au SQBB. Meilleur marqueur de Pro B, nommé aux trophées LNB, le joueur est également candidat à la draft de la NBA. Portrait.

Hugo Besson, joueur au SQBB
Hugo Besson, joueur au SQBB © FTV

20 ans à peine et déjà un bel avenir devant lui. Meilleur marqueur de Pro B avec 19,5 points de moyenne au compteur, Hugo Besson, réalise une saison de rêve. Tellement performant qu'il est candidat cette année pour la draft de la NBA, Saint Graal des jeunes basketteurs internationaux. Il était pourtant jusqu'ici parfaitement inconnu. 

1 mètre 95, la tête bien vissée sur les épaules, Hugo Besson a le basket dans le sang. Dans la famille, le grand-père, le père et l'oncle étaient tous joueurs professionnels. "Je me suis retrouvé là-dedans parce que j'avais forcément des facilités génétiques, mais aussi parce que cela me plaisait", confie-t-il. 

Né à Angers, il débute adolescent au pôle d'espoir d'Antibes avant de signer trois avant avec le club de Chalon-sur-Saône en Jeep Elite. "L'an dernier, je ne jouais pas du tout, je devais être à un point de moyenne en 10 matchs joués. Et je n'avais pas de contrat pro, il me fallait des minutes en niveau professionnel."

"Au SQBB, j'ai pu m'exprimer"

Pour la saison 2020-2021, le joueur est prêté au SQBB. Avec le bon coach, le bon club, Hugo Besson peut enfin se lâcher. "Cela n’a pas été facile au début, j’ai eu un temps d’adaptation. Puis je suis monté en puissance en progressant, en venant à la salle tous les jours. Au final, je me rends compte que je peux être aussi performant qu’en espoirs, voire mieux", analyse-t-il. 

Le joueur, poussé par son entraîneur, Julien Mahé, excelle. Le SQBB, qui termine sa saison vendredi 11 juin face à Vichy, est 3e du championnat de Pro B. "On nous voyait avant-dernier, relégable, et au final on est à la limite de jouer le titre", souligne Hugo Besson.

Une équipe finalement à son image. Lui que l'on ne croyait pas assez fort pour jouer en Pro B, comme il le confie, candidate aujourd'hui pour la draft de la NBA. "Je savais que j'en étais capable, je savais que je pouvais faire des bons trucs. Au SQBB, j'ai pu m'exprimer. Si je n'étais pas venu ici peut-être que rien de tout ça ne serait arrivé."

Loin de prendre la grosse tête, Hugo Besson reste réaliste : pour y arriver, il faut avoir confiance en soi. Alors le joueur travaille et ne se met surtout pas la pression. "Je ne suis pas quelqu’un qui se prend la tête, je prends le basket comme un amusement. Je viens pour prendre du plaisir, c’est pour ça aussi que ça marche pour moi."

"Plein d’équipes sont venues me voir"

Un tempérament qui a probablement tapé dans l'oeil des scouts de la NBA, ces professionnels du basket dont le métier est de repérer les jeunes talents. "Plein d’équipes sont venues me voir. J’ai déposé mon nom pour voir si cela pouvait passer, au moins pour me faire connaître et me disant que si ce n'était pas cette année, ce serait l’année prochaine. Mais je n’imaginais pas faire venir des recruteurs des Etats-Unis jusqu’à Saint-Quentin !", sourit le joueur du SQBB. 

Aujourd'hui de plus en plus de joueurs français traversent l'Atlantique pour faire carrière aux Etats-Unis, à l'instar d'un autre ancien du SQBB, Rudy Gobert, Saint-Quentinois d'origine."Ça montre la qualité des joueurs français. Après le train ne passe pas beaucoup de fois, donc je pense qu'il faut le prendre. Mais si cela ne marche pas, ce n'est pas une fin en soi", estime-t-il.

L'avenir d'Hugo Besson se jouera dans quelques semaines. La draft de la NBA aura lieu le 29 juillet prochain. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sqbb basket-ball sport