JO de Paris 2024. Le dojo de Tergnier accueille l'équipe d'Algérie de judo : "c'est une expérience à ne pas rater"

Du 8 au 16 janvier, le dojo départemental de Tergnier dans l'Aisne accueille l'équipe algérienne de judo en vue de leur préparation aux Jeux olympiques. Un échange enrichissant à la fois pour les athlètes étrangers et pour les judokas axonais qui sont venus les rencontrer.

Ce sont des judogis que l'on ne voit jamais sur le tatami de Tergnier, dans l'Aisne. À moins de 200 jours des Jeux olympiques de Paris, la délégation algérienne de judo est accueillie à partir du 8 janvier pour une semaine au dojo départemental pour s'entraîner.

Parmi les huit invités de marque, on trouve Amina Belkadi, championne d'Afrique en titre. Renforcement musculaire, travail du cardio... son programme est chargé au dojo de Tergnier. "Il y a un travail physique et de coordination à faire pour se consolider," confie Kara Mohamed Sedari, l'entraîneur de l'équipe féminine d'Algérie de judo.

Auprès d'elle, les entraîneurs sont très attentifs et pour cause : elle est pour l'heure la seule femme qualifiée de son équipe, dans la catégorie des moins de 63 kilos. Cette catégorie est très disputée, dominée par une judokate française bien connue du public.

Clarisse Agbégnénou, c'est la grande championne. Je la respecte beaucoup car c'est une catégorie difficile où il y a beaucoup de concurrence. Mais je suis toujours optimiste et j'espère quand même décrocher une médaille d'or, inch'allah !

Amina Belkadi

Judokate algérienne catégorie -63 kg

Se mesurer aux athlètes internationaux

Pour tutoyer les sommets olympiens, rien de mieux que des entraînements grandeur nature. Face aux internationaux verts et blancs, une trentaine de judokas amateurs sont venus de toute l'Aisne pour se mesurer aux grands.

Difficile, mais formateur : "Physiquement, je crois que je vais bien dormir ce soir !, sourit une judokate locale. C'est une expérience à ne pas rater, c'est rare dans notre département, donc il faut en profiter."

"On n'a pas l'habitude d'avoir un tel niveau par ici, ça nous prépare aux championnats," confie un licencié de l'ESC Tergnier en reprenant son souffle.

Une vitrine pour la ville

L'accueil de l'équipe d'Algérie est une vitrine exceptionnelle pour le dojo départemental de Tergnier, déjà base arrière de la sélection cubaine. "On est satisfaits, les Jeux olympiques sont un événement exceptionnel qu'on ne pourra vivre qu'une fois dans une vie," considère Jean-Claude Jehin, le président du comité départemental de judo.

Des affrontements tout aussi précieux pour les combattants algériens dans leur course à la qualification. "C'est une période cruciale, pré-compétitive. Il faut voir les réglages, analyser la forme des athlètes. C'est pour ça qu'on apprécie ce genre d'échange," juge Ahmed Moussa, l'entraîneur de l'équipe masculine d'Algérie de judo.

Prochains rendez-vous de taille pour gagner son ticket aux Jeux olympiques : le Paris Grand Slam début février, mais surtout, les championnats d’Afrique en avril.

Avec Noémie Furling / FTV