JO de Paris 2024. Une petite entreprise de l'Aisne participe à la construction des sites olympiques : "on est dans la cour des grands maintenant"

Une entreprise de Gauchy dans l'Aisne a décroché un contrat en or : elle va réaliser des escaliers et des garde-corps pour différents sites des Jeux olympiques de Paris 2024.

Mathieu Laurent, directeur de Style Industrie, ne se défait pas une seconde de son grand sourire. Il faut dire qu'il a des raisons d'être enthousiaste : sa jeune entreprise, lancée en 2015 à Gauchy dans l'Aisne, a décroché des contrats pour participer à la construction des sites pour les Jeux olympiques de Paris 2024. 

"On est fiers d'avoir décroché ces marchés d'envergure, admet-il avec enthousiasme en faisant visiter l'atelier à notre équipe. On est tous à fond sport ici, donc on est contents !"

Trois chantiers qui représentent 1,5 million d'euros

Prête à relever le défi, l'équipe a du pain sur la planche : l'entreprise doit réaliser un escalier suspendu pour accéder au toit-terrasse de la piscine olympique actuellement en construction à Saint-Denis. Les ouvriers s'attellent au pré-montage pour en faciliter l'installation prévu le 15 février. "C'est un ouvrage assez sympa, les gens en regardant les Jeux olympiques ne le verront pas forcément, mais nous, on saura qu'il est là, que c'est nous qui l'avons fabriqué", se réjouit Ludovic Bonnement, le chef de chantier.

Ils fabriqueront également les garde-corps des plongeoirs, ceux des tribunes, ceux de l'Arena qui doit être construite porte de la Chapelle et des rampes d'escalier pour le village olympique. Trois gros chantiers qui représentent environ 1,5 million d'euros. "On a une grosse pression parce qu'on a une date limite, donc il ne faut pas rigoler avec ça, mais ça fait du bien ! On est dans la cour des grands maintenant", se félicite le directeur. 

Du personnel recruté spécialement

Pour pouvoir répondre à ces marchés, il a recruté du personnel dès l'année dernière : un chargé d'affaire, un dessinateur et une assistante. "Maintenant, on rentre dans le vif du sujet : la fabrication. On recherche des chaudronniers, des soudeurs, des monteurs au plan. On est une dizaine dans l'atelier, on voudrait monter à quinze pour pouvoir respecter les délais", précise Mathieu Laurent, qui espère décrocher d'autres marchés prestigieux pour pérenniser et étoffer son équipe. 

L'entreprise a encore plusieurs mois de travail devant elle pour finaliser ces projets. Un travail conséquent, mais qui pourrait lui permettre de se faire connaître sur le plan national ou international. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité