"C'est comme une marée noire" : une nouvelle pollution de la rivière Aisne inquiète les habitants

Attirés par une forte odeur nauséabonde, des habitants de Neufchâtel-sur-Aisne ont constaté une pollution à la surface de la rivière, dimanche 25 juin à la mi-journée. Selon les gendarmes, cette nappe de fuel est liée à un problème technique survenue à l'usine de papèterie située à proximité.

Dimanche 25 juin, l'Aisne a changé de couleur à Neufchâtel-sur-Aisne. Peu avant 13h, alors qu'il sortait de chez lui, François Momeux a été particulièrement incommodé par une forte odeur. La rivière qui longe le jardin de sa maison était couverte d'un film huileux : "l'odeur m'a pris à la gorge. C'était comme une marée noire".

Au même moment, sa voisine fait le même constat : "c'était comme du caoutchouc qui brûle, décrit Bernadette Félix. Je me suis demandée ce qui se passait et j'ai tout de suite vu que c'était l'horreur. Il y a une odeur immonde et ça s'étend sur des kilomètres."

Pour les habitants, il n'y a pas de doute, la pollution provient de l'usine de papèterie située à proximité de la commune. Une information confirmée par les autorités.

Une enquête judiciaire est ouverte

Alertés par un pêcheur, les pompiers se sont rendus sur place pour constater l'ampleur des dégâts. Ils ont été rejoints par les gendarmes, l'office français de la biodiversité (OFB), la fédération de pêche, les maires des villages avoisinants ainsi que le substitut du procureur à Laon, Anne Decarpentrie. La magistrate a ouvert une enquête judiciaire. Elle sera menée par les gendarmes en co-saisie avec l'OFB.

Selon les premières constatations, la pollution est liée à un problème technique au niveau de la cuve à fuel de l'usine Everbal située à Evergnicourt, à moins de deux kilomètres de Neufchâtel-sur-Aisne. La fuite vient d'un tuyau percé. Elle aurait débuté à 11h45 et s'est écoulée sur plus de cinq kilomètres. 

Un barrage filtrant pour contenir la pollution

Les pompiers ont mis à l'eau une embarcation pour contenir la pollution et mettre en place un barrage filtrant. Les agriculteurs ont été prévenus et les maires des villages avoisinants ont fermé les points de captage. 

Les pompiers se veulent rassurants. La nappe assez importante ne couvre pas toute la rivière et laisse donc des parties sans hydrocarbures. Ceux-ci restant en surface, ils devraient aller sur les berges. Pour le moment, la faune et la flore ne sont pas impactées. La fédération de pêche va surveiller l'évolution de la situation dans les prochains jours. 

Une usine dans le collimateur des habitants

Ce n'est pas la première fois que les habitants de la commune constate ce genre de problème. Déjà en 2017, deux plaintes avaient été déposées contre l'usine. La rivière avait viré au bleu marine. 400 à 500 litres de produit chimique s'étaient déversés, colorant l'eau et contaminant la faune. Plusieurs dizaines de poissons morts jonchaient les bords de l'Aisne.