• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Éric Dillies quitte à son tour le groupe Rassemblement national (ex-FN) au Conseil régional

Éric Dillies photographié au Conseil régional, en 2016. / © MAXPPP
Éric Dillies photographié au Conseil régional, en 2016. / © MAXPPP

Il s'agit pourtant d'une figure du parti, dans la région.

Par Quentin Vasseur

Il est le quatrième à démissionner en quelques mois, et pas des moindres : le Lillois Éric Dillies, délégué départemental du Front National de 2008 à 2014, deux fois candidat aux municipales à Lille, a officiellement quitté le groupe formé par son parti au Conseil régional des Hauts-de-France.

Sa démission a d'abord été révélée par L'Express, qui écrivait ce mardi matin que l'élu titulaire d'une carte au FN dès 1985 mettait en cause une "situation financière catastrophique"  et la "démocratie interne" à l'intérieur du parti.

 

"Erreur tragique"


Interrogé ce matin à l'issue de la séance plénière du conseil régional, Éric Dillies critique également l'attitude de son parti face aux mesures prises par la majorité LR à la tête des Hauts-de-France.

"Xavier Bertrand, évidemment, est notre opposant, on l'entend bien, mais il est à la tête d'une région, il est à l'exécutif, il prend les décisions. Elles ne sont pas toutes mauvaises systématiquement" justifie-t-il.
 
Le Lillois Éric Dillies quitte le groupe RN à la Région : "On a été dans l'opposition systématique"

 

On a été dans l'opposition systématique, bête et méchante


"Je crois qu'on ne devient pas crédible dans cette posture-là" a-t-il ajouté. "Je crois que la région était aussi la possibilité, pour notre groupe qui était nombreux, de faire un travail de fond. On pouvait être dans le projet." À la place, "on a été dans l'opposition systématique, bête et méchante. Une erreur tragique."

L'élu nordiste a rencontré Nicolas Dupont-Aignan, même si un rapprochement avec le parti "Debout la France" n'est pas encore à l'ordre du jour.

 

Candidat pour succéder à Marine Le Pen


Éric Dillies avait souhaité se porter candidat à la succession de Marine Le Pen, au cours du congrès de mars dernier. N'ayant pu déposer son dossier dans les délais, il avait appelé dans un courrier la présidence du RN à "ouvrir les yeux". Un message resté lettre morte.
 

Le groupe vit depuis quelques mois une vague de défections au sein de son groupe au Conseil régional : trois conseillers régionaux ont quitté le navire cet été. Depuis l'élection régionale de 2015, c'est la treizième démission au sein du groupe.
 

 

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus