Les Hauts-de-France, 3ème région la plus touchée par le cancer du col de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus peut-être évité grâce à un dépistage, mais aussi par un vaccin contre le HPV pour les jeunes filles. Sur les 3 000 cas détectés tous les ans en France, 1 200 femmes décèdent des suites de ce cancer.

À partir de 25 ans, un frottis tous les trois ans est conseillé pour prévenir le cancer du col de l'utérus.
À partir de 25 ans, un frottis tous les trois ans est conseillé pour prévenir le cancer du col de l'utérus. © FTV
Une cartographie a été publiée sur les 23 types de cancers. Les Hauts-de-France sont la région la plus touchée, selon l'agence sanitaire Santé publique France. 

Dans les Hauts-de-France, sur la période 2007-2016, le nombre moyen de nouveaux cas de cancer du col de l'utérus est estimé à 320 par an. Les Hauts-de-France sont en 3e position des régions métropolitaines les plus touchées par ce cancer.

Le cancer du col de l'utérus est dans 100% des cas attribué à une infection à papillomavirus humains transmise par voie sexuelle. Le nombre de jeunes filles vaccinées contre ce virus en France reste minime, seulement 20%. À noter que huit femmes sur dix sont exposées à ce virus au cours de leur vie, et 60% d'entre elles au déburt de leur vie sexuelle.

La prévention par le dépistage

Toutes les femmes de 25 à 65 ans sont concernées par le dépistage, même celles qui ont été vaccinées. Il est recommandé de réaliser un frottis tous les trois ans, il peut-être fait chez un gynécologue, un médecin traitant, ou dans un laboratoire. Un examen remboursé par la sécurité sociale.

Dans les hauts-de-France, il existe cinq structures de dépistage des cancers du col de l'utérus, du colon et rectum et du sein.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cancer santé société