Météo : pourquoi le printemps 2020 a été magnifique dans les Hauts-de-France mais pas complètement exceptionnel

Comme nous l'avons tous ressenti (même confinés !), le printemps 2020 a été très ensoleillé, chaud et sec, à cause d'une situation météorologique bloquée. Une situation exceptionnelle dans sa durée. Mais certains records n'ont pas été battus.

Printemps exceptionnel dans les Hauts-de-France mais certains records n'ont pas été battus
Printemps exceptionnel dans les Hauts-de-France mais certains records n'ont pas été battus © F.GILTAY
Pour les météorologues, c'est déjà l'été. Le printemps s'est achevé ce 31 mai. Et c'est donc l'heure du bilan. Météo France a fait ses calculs et le résultat peut sembler un peu surprenant. Pour le service officiel de la météorologie, qui nous a fourni les chiffres très précis, le printemps a bien été remarquable mais pas record ou exceptionnel à tous points de vue. Preuve que la mémoire météorologique personnelle et l'observation visuelle sont toujours à vérifier à l'aune de la statistique. On vous explique pourquoi.

D'abord, Météo France note essentiellement deux phénomènes remarquables :
Pour le soleil, les chiffres de la station météo du Touquet sont particulièrement parlants. Le record a en effet été pulvérisé dans la station de la Côte d'Opale : +60% par rapport aux normales de saison. 809h01 de soleil. Le précédent record datait de 1990 : 725 h 06 mn et 2011 : 693h et 56 minutes. L’ensoleillement moyen au Touquet est de 636 h pour les 3 mois d’été.
 

"Pour la station du Touquet, le nombre de jours avec ciel clair ou peu nuageux est de 44 jours (+80%) soit +30,1 jours /normale (30 jours en 2011 et 33 jours en 1990)", précise Météo France. Pour cette même station, on relève un nombre inédit tous mois confondus de ciel clair ou peu nuageux : 19 jours (très supérieurs aux 14 jours en avril 2010 et mai 1990)."

Ailleurs dans les Hauts-de-France, l'ensoleillement a aussi été très important mais les records n'ont pas forcément été battus. 
   

Températures élevées mais records non battus


Ensoleillement exceptionnel mais si on peut dire que le printemps n'a pas été complètement "record", c'est parce que les chiffres de températures et de précipitations ont déjà été encore plus exceptionnels. Dans ces deux domaines, les records n'ont pas été battus. "Le printemps 2020 est le troisième le plus chaud avec 2017 en Hauts-de-France avec une température moyenne de 11,2°C soit +1,4°C par rapport aux normales (2007 : +1,9°C et 2011 : +2,0°C)", précise Météo France.

Le mois d’avril 2020 a été particulièrement doux mais moins qu'avril 2007 et 2011. Se sont surtout les températures maximales qui ont dépassé les normales (avec 4 à 6 jours supérieurs à 25°C en mai dans l’intérieur), les températures minimales étant proches des moyennes.
 

Déficit de pluies mais il y a déjà eu pire


Pour la pluie, le printemps 2020 a été effectivement très sec mais on a déjà vu pire. En Hauts-de-France, c'est même seulement le 9ème printemps le plus sec avec 32 % de déficit (c'est-à-dire de pluie en moins par rapport aux normales saisonnières). Loin derrière 2011 : le déficit pluviométrique avait alors été de 75 % . En 1976, il était de 65 % et en 1990 de 50 %.

La première quinzaine de mars a été très humide, le mois d’avril est en déficit plus ou moins marqué suivant les régions, le mois de mai est en record de sécheresse sur une grande partie nord du Nord Pas-de-Calais. Sur cette période-là et dans ces deux départements-là, les déficits sont compris entre 90 et 95 %, ce qui constitue un record de sécheresse. Météo France donne quelques exemples de pluviométrie très basse en mai :"Si on considère toute l’ancienne région du Nord-Pas-de-Calais, le déficit moyen proche de 86 % est supérieur à celui de mai 2011 (-80%) et de mai 1990 (-83%)", précise Météo France. la situation est moins critique dans l'Aisne, l'Oise et la Somme;


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo prévisions météo
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter