Cet article date de plus de 6 ans

MyFerryLink : la Région Nord Pas-de-Calais s'engage auprès de la Scop SeaFrance

La Région Nord Pas-de-Calais a annoncé mercredi qu'elle s'engagerait dans l'offre de la Scop SeaFrance qui exploite les bateaux d'Eurotunnel dans le trafic transmanche, au lendemain d'une journée de tension à Calais avec le blocage du port et du tunnel.
Hôtel de la Région Nord Pas-de-Calais à Lille
Hôtel de la Région Nord Pas-de-Calais à Lille © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
"Nous avons confirmé que nous étions dans l'appel d'offre aux cotés de SeaFrance, aux cotés de la Scop, et que nous activerions les dix millions d'euros promis par l'institution régionale", a déclaré Pierre de Saintignon, 1er vice-président de la Région Nord/Pas-de-Calais.

Eurotunnel a déjà indiqué avoir signé à son concurrent danois DFDS Seaways un contrat de location avec option d'achat en 2017 de deux de ses navires à compter du 2 juillet.

"Nous sommes pour un pavillon français, nous sommes pour sauver les 600 emplois. On ne comprend pas l'attitude d'Eurotunnel qui a mis un brouillard qui nous gêne", a ajouté M. de Saintignon, après avoir rencontré les dirigeants de la Scop au siège du Conseil régional à Lille.

"Très bonne nouvelle" pour la Scop


Les dirigeants de la Scop ont présenté aux médias présents la lettre d'engagement de la région dans ce dossier. "Ce soutien officiel écrit de la part de la région et du département est une très bonne nouvelle", a réagi Bruno Landy, président du conseil de surveillance de la Scop.

L'aide du conseil départemental n'est pas encore connue, mais elle pourrait se chiffrer elle aussi en millions d'euros selon une source proche du dossier. "C'est un grand pas en avant mais c'est une étape. Il revient à Jacques Gounon (PDG d'Eurotunnel, ndlr) de nous rencontrer et de modifier sa décision de vendre deux de ses navires à DFDS", a-t-il dit.

Interrogations du député Yann Capet


Le député PS du Pas-de-Calais, Yann Capet, également présent à la réunion, a critiqué le calendrier dans ce dossier imposé par Eurotunnel. "Pourquoi on nous impose cette précipitation ? Est-ce qu'il y a des choses qu'on ne sait pas ? Est-ce qu'il y a des accords anciens entre DFDS et Eurotunnel ?", s'est interrogé l'élu.

Selon plusieurs sources, il pourrait y avoir quatre offres déposées au tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer mercredi après-midi.

MyFerryLink exploite une flotte constituée de trois bateaux et propose chaque semaine plus de 200 traversées uniquement entre Calais et Douvres, transportant des véhicules de tourisme et des véhicules fret. Deux autres transporteurs maritimes, le Danois DFDS et le Britannique P&O, assurent des liaisons entre les deux ports. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
myferrylink économie transports transports maritimes