• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Nausicaá : le dernier requin-marteau est mort

Un requin-marteau / © Nausicaa
Un requin-marteau / © Nausicaa

Trente sont morts ces derniers mois à Nausicaá, centre national de la mer.

Par EM

"C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le décès de notre dernier requin marteau". Nausicaá a annoncé ce jeudi dans un communiqué le décès du dernier requin-marteau de son aquarium. Ce mâle, âgé de neuf ans, était le dernier survivant de la trentaine de requins-marteaux juvéniles prélevés en 2011 et en 2018 sur la côte nord-est de l’Australie. 

Cet animal ne s'alimentait plus depuis deux semaines et avait été placé dans un bassin d'isolement, non visible du public. C'est le 30ème requin-mateau décédé à Nausicaá. 

"Arrivé à Nausicaá il y a 8 ans, le requin marteau provenait de la côte Nord-Est de l’Australie avec l’accord et sous le contrôle des autorités australiennes, explique Nausicaá . (...) La présence du requin marteau à Nausicaá avait pour mission de sensibiliser nos visiteurs à la beauté et à la fragilité de cet animal, de mieux le connaître et observer ses comportements pour apprendre à le protéger encore mieux dans son milieu naturel."
 

Le requin-marteau est une espèce en danger, présente sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Notamment à cause de la pêche à l’aileron et du braconnage.
 


Ces décès posent question et font même polémique. Le coût (environ 1 million d'euros) est au centre des débats. Frédéric Cuvillier, président de la Communauté d’agglomération du Boulonnais, a notamment réagi demandant que des experts se réunissent : « Une rencontre des spécialistes, experts, aquariologistes mondiaux (peut) avoir lieu afin de procéder à un état des lieux des connaissances, et constituer un comité scientifique et éthique qui permettra la mise en place d’un plan d’action d’ampleur pour la sauvegarde de l’espèce  ».

 Désormais, il n’y a plus de requin-marteau à Nausicaá.
 

Sur le même sujet

Interview de Stéphanie Frappart

Les + Lus