CARTE. Nord : découvrez les communes autour de Dunkerque concernées par un confinement le week-end

250 000 habitants, répartis dans une cinquantaine de communes autour de Dunkerque, sont concernés par la mise en place d'un confinement le week-end.

57 communes, réparties entre la Communauté urbaine de Dunkerque et la communauté de communes des Hauts de Flandre, sont concernées par la mise en place d'un confinement dès ce week-end.
57 communes, réparties entre la Communauté urbaine de Dunkerque et la communauté de communes des Hauts de Flandre, sont concernées par la mise en place d'un confinement dès ce week-end. © Flourish / France 3 Hauts-de-France

57 communes, soit plus de 250 000 habitants. Le confinement de la population le week-end concerne les dix-sept communes de la Communauté urbaine de Dunkerque et les quarante autres de la communauté de communes des Hauts de Flandre voisine. L'objectif : freiner la circulation du virus, notamment du variant britannique.

De Wormhout à Gravelines

De Wormhout à Gravelines en passant par Bergues ou Dunkerque, les habitants devront rester chez eux du vendredi, 18 heures, au lundi, 6 heures. Une mesure mise en place dès ce week-end.

Comme lors du confinement du printemps dernier et suite aux annonces similaires sur le littoral des Alpes-Maritimes, des attestions vont être mises en place et les sorties d’une heure seront possibles pour aller faire ses courses, aller voir un médecin, sortir son animal de compagnie ou encore faire du sport.

Les contrôles vont par ailleurs s'accentuer sur le territoire. La préfecture du Nord devrait communiquer les modalités de ce confinement dans les prochaines heures.

Une situation "alarmante"

Cette mesure intervient alors que Dunkerque enregistre le taux d’incidence le plus élevé de France, avec 901 cas pour 100 000 habitants. L’hôpital de la ville est saturé et les transferts de patients en réanimation vers d’autres hôpitaux sont devenus, depuis début février, quasi quotidiens.

Les élus du territoire avaient demandé un sursis au gouvernement pour éviter un nouvau confinement. En visite cet après-midi à Dunkerque, le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé qu'"il ne s’agit plus de parler de dernière chance" alors que la situation épidémique de Dunkerque est jugée "alarmante" par l'exécutif.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement