Cinq héros de guerre australiens morts dans le Nord, enfin identifiés 107 ans après

Les ministres de la Défense et des Anciens combattants d'Australie ont annoncé, ce 24 avril, l'identification de cinq soldats morts dans le Nord lors de la Première Guerre mondiale. 107 ans après la bataille de Fromelles qui leur a coûté la vie, ces jeunes héros de guerre ont pu être inhumés au cimetière militaire.

Ils n'avaient même pas trente ans et ils ont quitté leur terre natale pour ne jamais revenir. Cinq soldats australiens morts lors de la bataille de Fromelles, viennent d'être formellement identifiés, a annoncé l'ambassade d'Australie en France. 

"L'un des pires jours de l'histoire militaire de l'Australie"

Lors de la Première Guerre mondiale, l'Australie a combattu aux côtés des alliés, notamment dans le Nord de la France. C'est justement le cas lorsqu'éclate la bataille de Fromelles, le 19 juillet 1916. Même si elle se solde par une défaite pour les alliés, la bataille remplit son rôle : créer une diversion en amont de la bataille de la Somme, qui se déroule une vingtaine de kilomètres au Sud. 

"La bataille de Fromelles a été l'un des pires jours de l'histoire militaire de l'Australie, et fut la première grande bataille livrée par les forces impériales australiennes en France" a déclaré le ministre délégué australien à la défense Matt Thistlethwaite, lors d'une visite sur place ce 24 avril. Ce jour-là, la cinquième division australienne perd plus de 5500 hommes.

Les cinq jeunes combattants australiens enfin identifiés avaient été retrouvés dans des fosses communes en 2009, aux côtés de 245 autres soldats de l'ex-Commonwealth. Une série de preuves rassemblées par des anthropologues, des archéologues et des spécialistes de l’ADN ont été analysée par l’équipe des victimes de guerre non-retrouvées de l’Armée de terre australienne.

"Nous n'oublierons jamais"

"Ils ont fait le sacrifice ultime au service de notre nation en 1916, ce que nous n’oublierons jamais. Depuis plus d’un siècle, les familles de ces cinq soldats attendent des nouvelles. Aujourd’hui l’attente est terminée" a également le ministre des anciens combattants, Matt Keogh.

L'Australie et la France rendent un hommage conjoint à ces hommes :

  • Le sergent Oscar Eric Baumann, 32ème bataille de l'AIF. Mort à l'âge de 20 ans, il travaillait comme menuisier avant de s'enrôler en 1915.
  • Le caporal William John Stephen du 55ème Bataillon AIF. Avant de s'enrôler dans l'armée en 1915, il travaillait comme épicier. Il a été tué au combat à 28 ans. 
  • Le soldat Richard James McGuarr du 32ème Bataillon AIF. Il est mort à Fromelles à l'âge de 27 ans, un an après s'être enrôlé. Il travaillait comme producteur laitier en Nouvelles-Galles du Sud. 
  • Le soldat Alexander Russell Robert Page du 32ème Bataillon AIF. Il était né à Londres mais travaillait comme laitier à Perth, en Australie. Il est mort à l'âge de 28 ans.
  • Le soldat Maurice James Claxton du 32ème Bataillon AIF. Il travaillait comme camionneur avant de s'enrôler en juillet 1915. Il est mort au champ de bataille à l'âge de 24 ans.

Ces héros de guerre ont été enterrés au cimetière militaire de Pheasant Wood à Fromelles. Leurs stèles seront dévoilées lors du 107ème anniversaire de la bataille, le 19 juillet 2023. 

Les ministères des Anciens combattants et de la Défense australiens ont par ailleurs annoncé le 23 avril une contribution substantielle pour préserver le souvenir des soldats australiens sur le littoral. Un don de 5 millions d'euros sera adressé au centre Sir John Monash de Fouilloy, près d'Amiens. Ces fonds seront utilisés pour une "remise à niveau technologique" du centre, qui proposera aux visiteurs une expérience immersive. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité