Dix mois après le rachat de Tereos à Escaudœuvres, une consultation publique s'ouvre sur la future usine Agristo

Du 10 juin au 17 juillet 2024, une consultation publique est ouverte à toute personne qui s'interroge ou qui souhaite donner son avis sur l'usine de surgelés de pommes de terre Agristo, qui verra le jour d'ici 2027 sur l'ancien site de Tereos, géant sucrier du Nord installé à Escaudœuvres.

Bruit, mauvaises odeurs, hauteur des bâtiments, pollution des sols et du canal de l'Escaut... Depuis l'annonce du rachat de la sucrerie Tereos à Escaudœuvres, dans le Valenciennois, les habitants de la petite ville sont sur le qui-vive. Dans les communes voisines aussi, l'avancée du démantèlement de l'usine et des travaux de rénovation est scrutée avec attention.

Pour accueillir l'entreprise belge Agristo (spécialisée dans les surgelés de pommes de terre) et ses nouvelles installations techniques d'ici 2027, un grand chantier a commencé à la rentrée dernière... Et avec lui, l'ouverture du cahier de doléances.

Le projet provoque une légère controverse dans le Valenciennois. C'est donc pour entendre les questions et inquiétudes des habitants de la zone qu'Agristo organise une réunion d'information dans la salle des fêtes d'Escaudœuvres ce mercredi 12 juin 2024, à 18 heures. Une réunion qui entre dans le cadre d'une concertation publique, chapeautée par la Commission nationale du débat public (CNDP), ouverte à toutes et tous à partir de ce 10 juin et jusqu'au 17 juillet.

Il est donc possible à partir d'aujourd'hui de poser des questions et d'émettre des avis sur la page internet dédiée au débat.

► À lire aussi : Tereos : le fabricant de frites Agristo reprend la sucrerie d'Escaudœuvres

Pollutions sonore et environnementale

Une période d'écoute et de dialogue très attendue par les riverains. Au cours de ces derniers mois, certains ont formé des collectifs pour agir en faveur de leur qualité de vie et de l'environnement ou encore de l'emploi et du patrimoine.

Des inquiétudes justifiées lorsque l'on retrace les dernières années d'existence de Tereos, en remontant jusqu'en 2020. Il y a 4 ans, une digue de cette sucrerie emblématique du Nord avait cédé, déversant 100.000 m3 d'eau de lavage de betteraves dans l'Escaut. Une pollution qui avait causé la mort de plusieurs tonnes de poissons et pour laquelle le géant sucrier avait écopé d'une amende de plus de 9 millions d'euros de dommages-intérêts en janvier 2023, devant le tribunal correctionnel de Lille. La peur de voir le même évènement se reproduire motive donc les habitants à faire entendre leur voix.

Également, les travaux de démantèlement engagés par Agristo et Tereos ont mené à plusieurs dépôts de plaintes de la part de riverains pour tapage nocturne. La mairie et l'entreprise sucrière ont finalement décidé d'interrompre les travaux de 22h à 7h30 début mai.

Plusieurs points sont donc à soulever lors de ces semaines de concertation publique.

► À lire aussi : Pollution de l'Escaut : le sucrier Tereos fait appel de sa condamnation

Un rachat à 350 millions

Pour rappel, l'usine Tereos d'Escaudœuvres menaçait de fermer ses portes depuis plusieurs années, à cause d'une baisse de volume de betteraves sucrières. En mars 2023, la direction du site avait finalement acté la fermeture de l'usine du Valenciennois, se mettant en quête d'un repreneur.

Le sauvetage de l'usine s'est finalement opéré en août de la même année, avec l'arrivée d'Agristo et une vente à 350 millions d'euros. Le géant belge de la pomme de terre doit s'installer définitivement d'ici 2027 et prévoit de créer entre 140 et 350 emplois directs pour concevoir les 300 000 tonnes de produits surgelés qu'il prévoit de produire chaque année.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité