• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Coudekerque-Branche : l'autopsie de François, 46 ans, confirme qu'il a vécu un véritable calvaire

Les faits ont eu lieu rue Jules Guesde à Coudekerque-Branche / © Google Street View
Les faits ont eu lieu rue Jules Guesde à Coudekerque-Branche / © Google Street View

Les voisins de François, 46 ans, sont soupçonnés de l'avoir roué de coups, brûlé et tué le week-end dernier à Coudekerque-Branche. 

Par France 3 Nord Pas-de-Calais

On en sait plus ce mardi sur la mort de François, 46 ans, dans la nuit de samedi à dimanche à Coudekerque-Branche. Ses deux agresseurs présumés, un homme et une femme âgés de 30 ans qui habitaient dans le même immeuble de la rue Jules-Guesde, devraient être mis en examen ce mardi pour homicide volontaire et extorsion. 

On ne connaît pas le rôle exact joué par ces deux personnes mais leur garde à vue a permis d'établir qu'ils s'étaient bien montrés très violents envers la victime. Ils ont reconnu avoir voulu lui extorquer son code de carte bleue. On sait que les faits se sont déroulés dans un contexte d'alcoolisation.

L'homme, déjà condamné pour des faits de violence, a reconnu un excès de violence mais nie avoir tué la victime. La femme (les faits ont eu lieu chez elle) parle, elle, d'une ou deux gifles.
 

Les résultats de l'autopsie


Selon le parquet de Dunkerque, l'autopsie a pourtant révélé de nombreuses traces de violence : plusieurs factures notamment du larynx et au niveau des cotes. Des ecchymoses sur toute la surface du corps; des lésions sur la boite crânienne, de nombreuses brûlures notamment au niveau des fesses. 


L'autopsie n'a cependant pas permis de déterminer la cause précise de la mort. Des prélévements ont été effectués pour analyses ultérieures. 

La victime connaissait depuis peu les deux agresseurs présumés, habitants de son immeuble. François, passionné de BMX et de musique, était selon son entourage, un homme d'une extrême gentillesse. Son décès a suscité une forte émotion dans sa famille et chez ses amis dunkerquois.

Le Parquet a requis le placement en détention provisoire des deux agresseurs présumés. 

Sur le même sujet

Visite guidée du Bruxelles des lobbies

Les + Lus