• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Un film amateur de 1945 évoque la renaissance de Dunkerque, rasée par la guerre

© DR
© DR

Les bombardements ont pratiquement rasé Dunkerque en 1945. Pourtant, un filmeur inconnu présente cette catastrophe comme une renaissance...

Par Olivier Sarrazin

Le filmeur de ports (La séquence du filmeur 29/40)

Dunkerque, 1945. Un film amateur annonce la renaissance de la ville rasée par les bombardements
Dunkerque, 1945. Une ville après la guerre. Les bombardements l’ont pratiquement rasée.  - REAL PRODUCTIONS, ARCHIPOP et PICTANOVO - Olivier Sarrazin

écrit et réalisé par Olivier Sarrazin


Dunkerque, 1945. Une ville après la guerre. Les bombardements l’ont pratiquement rasée. Et ses deux ports n’ont pas été épargnés. Pourtant, un filmeur inconnu va choisir de nous présenter cette catastrophe comme une renaissance. Comment ?

Déjà, en révélant un patrimoine qui n’est pas entièrement tombé. La ville a gardé la tête haute tout comme Jean Bart, le corsaire, son fils le plus illustre.

Et le sang d’un port, ce sont ces cargos qui accostent ou repartent. Qui irriguent le commerce, et la vie. En se focalisant sur leurs mouvements lointains puis proches, le filmeur décrit une dynamique retrouvée.
 
© DR
© DR

En premier plan, les montagnes de pierre taillées destinées à la reconstruction, sont sillonnées par des camions obstinés. Les énormes bouées de métal masquent les rues en ruines. L’homme est tout petit dans ces cadres très larges. Mais dès qu’il est présent, il est en action : comme ce pêcheur à la ligne qui regagne son domicile, la bourriche pleine.
 

Au lointain, on distingue à peine les maisons éventrées. En jouant sur le contre-jour, le filmeur nous présente en arrière-plan les reliefs d’une ville qui semble pratiquement intacte.

Et en amorce, d’énergiques petits bateaux de pêche qui, tout autant que les grues des chantiers, sont en train de faire renaître Dunkerque.

À tel point qu’on y redécouvre soudain la plage et la promesse d’un nouvel avenir.

Une belle leçon de courage… et de cinéma.
 

La séquence du filmeur

 L'épopée des Trente Glorieuses, au travers de films amateurs

Une série d’histoires originales, drôles, décalées et poétiques, fondées sur des films d’archives familiales inédits, sauvegardés par l'association Archipop (Beauvais). 
Ecrit et réalisé par Olivier Sarrazin et Corine Zongo-Wable
Avec la voix de François Morel

François Morel vous raconte l’histoire de filmeurs amateurs des années 1930 à 1970 qui ont capté les moments forts de leur vie familiale, leurs loisirs ou leur métier, et qui sont aussi des bouts de l’histoire collective de la région.

Une coproduction REAL PRODUCTIONS, ARCHIPOP et PICTANOVO
Avec la participation de FRANCE TELEVISIONS et TV5MONDE
Avec le soutien de la région Hauts-de-France et du CNC

▶ tous les jours sur le site http://hdf.france3.fr, sur Facebook et Youtube
▶ tous les dimanches à la fin du JT 19/20 à 19h25 sur France 3 Hauts-de-France

Si vous aussi êtes en possession de films amateurs, films de famille, films d'entreprise, vous pouvez contacter l'association Archipop au 03 44 22 50 55  ou via contact@archipop.org 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Pourquoi Bellignies est-il un des plus beaux villages du Nord Pas-de-Calais ?

Les + Lus