Cet article date de plus de 4 ans

Grande-Synthe : un migrant irakien écope de 15 mois ferme pour des violences au camp de la Linière

Un migrant irakien, âgé d'une trentaine d'années, a été condamné lundi à quinze mois de prison ferme et écroué pour des violences dans le camp de la Linière de Grande-Synthe, a-t-on appris auprès du parquet de Dunkerque.
© MAXPPP
Samedi, cet Irakien a cassé des vitres en jetant des verres, y compris vers une femme travaillant pour l'Afeji, l'association gestionnaire du camp, selon l'accusation. "Il dit que si on ne lui vient pas en aide, il va mettre le feu au camp, casser les locaux de l'Afeji et tuer tout le monde", a expliqué mardi le parquet de Dunkerque, confirmant une information de La Voix du Nord.

Il a été condamné pour les infractions de "dégradations de biens causant un dommage grave", "violences sans incapacité avec arme par destination" (le jet de verres) et "menaces de destruction dangereuse", selon la même source. S'il n'a blessé personne samedi, il a été lourdement condamné en raison de son casier judiciaire.

Déjà condamné

En 2012, il avait été condamné par le même tribunal à un an de prison ferme dans une affaire de passeurs. En février de cette année, toujours au tribunal de Dunkerque, il avait écopé de cinq mois ferme dans une affaire de stupéfiants assortie d'une interdiction définitive du territoire français.

Le camp de Grande-Synthe, dit de La Linière, accueille environ 700 migrants, essentiellement kurdes. Il a été construit aux normes humanitaires internationales par MSF, avec la ville de Grande-Synthe et la communauté urbaine de Dunkerque, et ouvert en mars.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à grande-synthe société immigration