Pour Christophe Galtier, "le classement ne veut rien dire" après la victoire du LOSC contre Nantes

Impressionnant de maîtrise, le LOSC a battu Nantes (2-0), vendredi au stade Pierre-Mauroy, et pris la tête provisoire du Championnat jusqu'au succès de Rennes à Saint-Etienne. Un classement qui n’émeut pas spécialement l’entraîneur lillois, plus préoccupé par la fin du mercato.

Burak Yilmaz est félicité par Jonathan Bamba après son but sur penalty, vendredi lors de la victoire du LOSC contre Nantes (2-0).
Burak Yilmaz est félicité par Jonathan Bamba après son but sur penalty, vendredi lors de la victoire du LOSC contre Nantes (2-0). © DENIS CHARLET / AFP
Christophe Galtier s’est présenté en conférence de presse avec un paquet de bonnes nouvelles : le LOSC, vainqueur de Nantes (2-0) vendredi au stade Pierre-Mauroy, était leader provisoire du Championnat jusqu'au succès de Rennes à Saint-Etienne (3-0), toujours invaincu (3 victoires, 2 nuls), solide défensivement (2 buts encaissés). Et en plus, la recrue turque Burak Yilmaz a inscrit son premier but sur penalty (l’autre but est un contre son camp du Nantais Nicolas Pallois).

Être leader (Galtier a répondu aux journalistes quand le LOSC était provisoirement leader) ? "Cela ne veut pas dire grand-chose, a expliqué l’entraîneur lillois en conférence de presse. C’est très agréable d’avoir onze points, mais le classement ne veut rien dire. Il faut profiter de ce début de saison, maintenir l’exigence et la détermination."
 

Evidemment, je souhaite garder cet effectif. Je ne sais pas s’il y aura un, deux ou trois départs. Il y a la réalité économique post-Covid

Christophe Galtier, entraîneur du LOSC



Juste après avoir concédé qu’il avait un "groupe de qualité", Galtier a évoqué le mercato, et son souhait de conserver cet effectif : "On va voir ce qu’il va se passer. Evidemment, je souhaite garder cet effectif. Je ne sais pas s’il y aura un, deux ou trois départs. Il y a la réalité économique post-Covid. Mais j’ai un président et une direction sportive qui ont l’ambition d’avoir une équipe compétitive."
 

Il manque un but à la recrue Jonathan David


Fin septembre, elle l’est. Dans la continuité d’un gros début de saison, et d’un nul sévère face à l’OM (1-1), le 20 septembre, le rouleau-compresseur lillois n’a pas forcément été brillant dans le jeu. Mais il n’a rien laissé à Nantes.

Mike Maignan a été parfait, et décisif en fin de match, la défense a été impeccable, Jonathan Bamba encore intéressant. Et Jonathan Ikoné a fait une rentrée pleine. Il manque un but à Jonathan David, recruté 27 millions d’euros à La Gantoise, pour lancer sa saison. En attendant, le LOSC est solidement installé sur le podium de la Ligue 1.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport