Incendie criminel de la mairie de Mons-en-Barœul : 10 individus âgés de 16 à 27 ans interpellés

Tous sont suspectés d'avoir participé à l'incendie volontaire de la mairie de Mons-en-Baroeul lors de la première nuit d'émeutes dans la métropole lilloise après la mort de Nahel M. par un policier à Nanterre.

Dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 juin 2023, les émeutiers ont pris pour cible l’hôtel de ville de Mons-en-Barœul. Une "nuit de chaos" durant laquelle une cinquantaine de personnes encagoulées ont tiré des mortiers d’artifice contre la mairie "pendant plusieurs heures", racontait alors le maire de la ville Rudy Elegeest.

La mairie abrite les locaux de la police municipale et une antenne de la nationale, ouverte deux jours par semaine. Tout a été dévasté. Au rez-de-chaussée, les locaux du CCAS - le centre communal d’action social - n’existent plus. La salle de spectacle Allende, située juste en face, a été en partie incendiée. Un opticien limitrophe a été pillé.

Le travail des techniciens de la police scientifique crucial

Une enquête a par la suite été ouverte par le parquet de Lille pour des faits de vols en bande organisée et de destruction de biens publics par moyen dangereux. Au gré de leurs investigations réalisées en urgence, les techniciens de la police scientifique ont permis d’isoler des traces d’ADN et d’identifier plusieurs individus, suspectés d’avoir participé à l’incendie criminel.


Samedi 1er juillet 2023, au petit matin, les opérateurs de la BRI – la brigade de recherche et d’intervention – ont procédé aux premières interpellations. Au total, 10 personnes âgées de 16 à 27 ans ont été placées en garde à vue, dont une femme et un mineur.

Certains ont été confondus grâce à des vidéos qu’ils ont eux-mêmes postés sur les réseaux sociaux en train de se mettre en scène avec leur butin, tandis que des lunettes provenant du magasin d’optique pillé ont été découvertes lors de perquisitions.

Déférés devant le tribunal judiciaire de Lille

Originaires de Mons-en-Barœul, Ronchin, Villeneuve d’Ascq, Marcq-en-Barœul, Lille, Haubourdin et Croix, les suspects ont été déférés ce mardi 4 juillet 2023 à 14 heures devant le tribunal de Lille en vue de l’ouverture d’une information judiciaire.

Par ailleurs, des enqupêtes distinctes ont été ouvertes par le parquet de Lille suite à la découverte de 10 kg d’herbe de cannabis, de plus de 10 000 euros et de munitions de calibre 7,65 mm.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité