Séisme en Turquie et en Syrie : à Lille, Wattrelos ou Roubaix, la solidarité ne faiblit pas

Une semaine après le séisme qui a frappé de plein fouet la Turquie et la Syrie, la solidarité internationale est en marche. Dans les Hauts-de-France, les dons et les messages de soutien affluent auprès des restaurateurs, désignés comme points de collecte.

Le 6 février, la Turquie et la Syrie ont été touchés par un séisme de magnitude 7,8. "Toute la plaque qui porte la Turquie s'est déplacée vers l'ouest d'environ trois mètres par rapport à celle où repose la Syrie" estime le sismologue Jérôme Vergne, interviewé par France Info. Les images des déplacements de terrains en surface sont saisissantes et les dégâts matériels considérables.

Un bilan humain qui pourrait doubler

Le bilan humain, lui, ne cesse de s'alourdir. Selon Le Monde, à la date du 13 février, on dénombre 35 224 morts. Un chiffre qui pourrait encore doubler, d'après l'ONU. Mais les sauveteurs continuent aussi de retrouver des survivants sous les décombres. Un miracle, passée la période critique des 72h après la catastrophe.

Face à la tragédie, la solidarité internationale s'organise, au niveau de l'Etat et des territoires. Les Hauts-de-France, comme souvent, participent à cet effort humanitaire. Le 6 février, dix sauveteurs du groupe de secours catastrophe français, ont chargé un avion affrété de matériel de localisation de victimes, de casques et de générateurs au départ de l'aéroport du Touquet. 

"Quand on voit ces images, on n'arrive pas à dormir"

La solidarité s'organise aussi au niveau des citoyens, qui sont nombreux à multiplier les initiatives de collectes et de dons. A Lille, les gérants du restaurant de kebabs et de spécialités turques Aspendos ont installé sur leur comptoir une cagnotte pour récolter les dons. Sur l'écran de télévision, les images des régions dévastées tournent en boucle.

Ismet Eyisan, le restaurateur, est installé en France depuis 34 ans. Lui et ses employées viennent de la région d'Antioche, l'une des plus touchées. Les morts s'y comptent par milliers. "Quand on voit ces images, on n'arrive pas à dormir. Ça a touché la communauté turque dans toute l'Europe mais aussi à Lille. On a perdu pas mal de gens que l'on connaît...  L'un de mes serveur a perdu sa famille, mon cousin pareil du côté de sa mère, une dizaine de personnes" témoigne-t-il, très ému. 

durée de la vidéo : 00h00mn30s
Ismet Eyisan, restaurateur lillois, collecte des dons pour la Turquie ©Myriam Schelcher / France Télévisions

"Les gens dorment dans leur voiture, ils n'ont plus rien. Il y a des aides, des dons d'habits ou de couverture mais ce n'est jamais suffisant. A certains endroits en Turquie, en ce moment, il fait moins de dix degrés le soir, s'inquiète Ismet Eysian. Les gens qui passent me demandent toujours comment aider, alors on a mis cette cagnotte sur le comptoir.

Lui-même d'origine kurde, il ne veut mettre aucune barrière à la solidarité. "La question ne se pose même pas, qu'on soit turc ou kurde. Dans la zone touchée, les gens vivent ensembles et ils sont solidaires entre eux. On ne regarde pas l'origine, on aide les gens sans y penser."

"Même des enfants sont venus déposer leur petite pièce"

Au Tarkan Restaurant à Wattrelos, c'est la même mobilisation en faveur des survivants de la catastrophe. La patronne, Birgul Ergezer, peut compter sur ses fidèles clients, qui à son passage prennent des nouvelles de sa famille. Aujourd'hui, François et Nicole, qui viennent manger ici depuis 25 ans, ont aussi laissé un chèque pour la cagnotte. 

"Beaucoup de mes clients m'ont appelé en me demandant où déposer les dons, à qui s'adresser et les restaurants ont fait aussi le travail, on a joué notre rôle. Dès le premier jour, j'ai reçu des messages avec des gens qui me demandaient des nouvelles et vraiment, je les remercie, confie Birgul Ergezer. Même des enfants sont venus déposer leur petite pièce."

durée de la vidéo : 00h00mn17s
Birgul Ergezer, restauratrice, montre l'organisation des bénévoles. ©Myriam Schelcher / France Télévisions

La mosquée turque Eyüp Sultan, à Roubaix où elle offre son temps comme bénévole, centralise les dons. Plus de 120 000 euros ont déjà été récoltés. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité