Le zoo belge Pairi Daiza victime d’usurpation d’identité

Depuis plusieurs semaines, le zoo belge alerte les visiteurs. Une page Facebook annonce, au nom du parc Pairi Daiza, offrir des places en échange de coordonnées bancaires. Une plainte a été déposée pour usurpation d’identité.

"Attention, des escrocs sont présents sur les réseaux sociaux en utilisant le nom de Pairi Daiza […], ne répondez pas à ces messages, c’est une arnaque !".

Voilà ce qu’on peut entendre sur le standard téléphonique du célèbre zoo belge depuis quelques jours. Un message d’avertissement doublé également sur la page Facebook et dans la newsletter du parc de loisirs. 

"On a été alerté dans nos boîtes mail par plusieurs personnes qui s’inquiétaient d’une offre promotionnelle nous concernant, à savoir quatre places gratuites lors d’un jeu concours sur une page Facebook" explique Claire Gilissen, la porte-parole du zoo.

"Nous avons aussitôt réagi en portant plainte auprès de la police belge pour usurpation d’identité." En effet, une publication du mois d’avril sur un groupe Facebook "Pairi Daiza fans" incite les internautes à s’inscrire sur page internet, en échange de quoi quatre entrées seraient offertes… à condition d’indiquer ses coordonnées bancaires. Signalées à la justice, la page et la publication ont été fermées.

1000 appels en une journée

Mais l’escroquerie ne s’arrête pas là pour autant. Au contraire, ce lundi 22 mai, le standard téléphonique est submergé d’appels. Plus de mille visiteurs contactent le parc afin de s’informer sur ce prétendu jeu concours.

"A ce moment-là, nous sommes passés à la vitesse supérieure, nous avons pris les devants et avons informé nous-mêmes l’ensemble de notre public par tous les moyens dont nous disposions. C’est même moi qui ai dû enregistrer ce message vocal sur la messagerie !", explique Claire Gilissen.

Ces "pages fantômes" n’enfreignent pas la réglementation de Facebook, alors ils n’agissent pas !

Claire Gilissen, porte-parole du zoo

Malgré la fermeture de la première page au mois d’avril, la publication est réapparue le 3 mai dernier. "Ce sont plusieurs escrocs qui récidivent, avec internet tout va si vite, c’est compliqué de suivre chacune des publications frauduleuses, surtout que ces "pages fantômes" n’enfreignent pas la réglementation de Facebook, alors ils n’agissent pas !" précise la porte-parole. "Il nous faut passer à chaque fois par la police qui contacte alors un magistrat pour fermer ces pages, c’est fastidieux".

Le zoo incite donc les visiteurs à redoubler de vigilance, et rappelle qu’à aucun moment il ne sera demandé de la part de Pairi Daiza de coordonnées personnelles ou bancaires via Facebook ou tout autre réseau social. D’après la direction, quelques personnes ont effectivement été victimes de l’escroquerie et ont vu leur compte débité de quelques dizaines d’euros.