"Ne venez pas, vous allez aimer" : la nouvelle campagne de l'office de tourisme de l'Avesnois qui tacle les clichés

L'office de tourisme de l'Avesnois a décidé de combattre avec humour les clichés qui collent à la peau de la région. "Ne venez pas, vous allez aimer", est une série de vidéos qui espère faire évoluer l'image de l'Avesnois.

"Oubliez les clichés, les idées reçues, et préparez-vous à être surpris", l'office de tourisme de l'Avesnois ne pensait pas si bien dire en publiant sa nouvelle campagne sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo de près de cinq minutes, les clichés du Nord se succèdent, sans pour autant être contredits. L'office a préféré les prendre avec humour, et les mettre en image.

"On avait envie de faire ça depuis longtemps"

Cette série de quatre vidéos, dont la première a été publiée au début du mois d'avril met en scène Aurélien et Vincent. Dans la boutique de l'office de tourisme en guise de décor, les deux hommes accueillent de nouveaux venus. Leurs premiers mots ne sont pas vraiment ceux que l'on attend d'une campagne de pub : "Vous êtes venus dans l'Avesnois pour ? Vous voulez manger ici ?" demandent-ils l'air interrogateur, limite dubitatif, avant de s'échanger un long regard dans le silence. Le ton est donné.

Mais quelques secondes plus tard, alors que les deux hommes ne savaient que recommander pour manger, la vidéo se poursuit avec des images des spécialités culinaires de la région. En jouant sur les deux tableaux, ce spot arrive avec beaucoup d'humour à faire la promotion de l'Avesnois. Quand bien même, Aurélien et Vincent parlent mieux de la bouillabaisse, de la galette saucisse et du bœuf bourguignon, que du maroilles. Ce ton, l'office de tourisme l'assume et le revendique, "on avait envie de faire ça depuis longtemps" explique David Petit directeur délégué de l'office de tourisme de l'Avesnois.

Aux allures de court-métrage, ces vidéos allient humour, storytelling et plans léchés. L'idée : que les images disent le contraire de ce que racontent les deux hommes. "On voulait se démarquer" poursuit David Petit, "ces clichés vis-à-vis de nous, on a voulu les mettre en image et on est arrivé à cette petite punchline : Ne venez pas, vous allez aimer"

Lever le voile sur les clichés de l'Avesnois

Aujourd'hui, 65 à 70% de la clientèle touristique du secteur viennent des Hauts-de-France, pourtant ces mêmes touristes sont ceux qui ont des a priori sur l'Avesnois. La réalisation de cette série de vidéo, rappelle des anecdotes à David Petit. Il se souvient s'être rendu dans un camping de Fourmies, et a croisé de nouveaux arrivants qui avaient voyagé avec deux jerricans d'essence car ils pensaient qu'il n'y aurait pas de pompe à proximité. Cette méconnaissance des touristes, David Petit l'explique par un relatif éloignement des autres villes du département. "Les touristes sont surpris quand ils se rendent dans l'Avesnois et repartent en disant : « on ne pensait pas que c'était comme ça »"

Les touristes sont surpris quand ils se rendent dans l'Avesnois et repartent en disant : « on ne pensait pas que c'était comme ça. »

David Petit

Responsable communication et directeur délégué de l'office de tourisme de l'Avesnois

En une semaine, le premier épisode de cette série cumule déjà 55 000 vues sur les réseaux sociaux. "Les gens partagent la vidéo et se l'approprient, se félicite le directeur délégué, des élus nous demandent même quand seront publiées les prochaines."

► Lire aussi : Le deuxième plus bel écomusée de France se situe dans l'Avesnois

Pour David Petit, si l'humour fonctionne aussi bien, c'est parce qu'au-delà "de la chaleur des gens du Nord, l'Avesnois a particulièrement morflé à tous les niveaux. On cumule beaucoup de difficultés et on en est conscient. À l'office de tourisme on a un rôle à jouer sur la vision qu'ont les habitants de chez eux." Le premier volet de cette série de 4 vidéos s'est penché sur les spécialités gastronomiques avesnoises. On y découvre alors les artisans glaciers, les flamiches au maroilles, les brasseries, mais aussi... les chameaux de la région.