Présidentielle 2022 : dans les Hauts-de-France, les records d'abstention d'avril 2002 battus dans l'Aisne et la Somme

Publié le Mis à jour le

Plus d’un électeur sur quatre ne s’est pas déplacé pour aller voter au premier tour de l’élection présidentielle ce dimanche 10 avril 2022. Dans les Hauts-de-France, la participation a chuté de 5 points par rapport à 2017 et frôle avec le triste record de 2002. Un record notamment battu dans les départements de l'Aisne et de la Somme.

Ce dimanche 10 avril dans les Hauts-de-France, l’abstention s’élève à 26,98%. Soit 5 points de plus qu’au soir du premier tour de l’élection présidentielle de 2017. Un taux plus élevé que la moyenne nationale, qui se situe juste en-deçà du triste record de 2002 : 27,32% des électeurs inscrits dans les ex-régions Nord Pas-de-Calais et Picardie avaient boudé les urnes à cette occasion.  

Des nuances existent toutefois entre les 5 départements de notre région : c'est dans le Nord que les électeurs se sont le moins déplacé tandis que c'est la Somme qui enregistre le taux d'abstention le moins élevé de la région.

Au regard de ce graphique, un autre constat : le taux d'abstention pour un premier tour de l'élection présidentielle n'a jamais été aussi élevé dans l'Aisne et la Somme. Les records atteints au soir du 21 avril 2002 ont été battus 20 ans plus tard.

Déclin de la participation

"On est sur un déclin de la participation relativement modéré par rapport aux prévisions car on s’attendait à une abstention qui pouvait dépasser le record du 21 avril 2002 à l'échelle nationale (28,4%, ndlr)", avance Tristan Haute, politologue, maitre de conférences en science politique à l’université de Lille et auteur du livre Extinction de vote ?

On est sur un déclin de la participation relativement modéré par rapport aux prévisions car on s’attendait à une abstention qui pouvait dépasser le record du 21 avril 2002.

Tristan Haute, politologue

"Néanmoins, il existe une poursuite du déclin entamé depuis le rebond de participation en 2007. C’est à la fois un mauvais signe parce que le déclin se poursuit mais un bon signe car malgré la crise sanitaire et une campagne de faible intensité, il y a une mobilisation qui n’est pas négligeable".

L'abstention à l'échelle des communes

Dans la région, certaines villes sont devenues au fil des élections capitales de l’abstention. À commencer par Roubaix, où depuis 20 ans, la participation dégringole scrutins après scrutins. En 2017, 37,4% des électeurs s’étaient abstenus dans la ville au premier tour de la présidentielle, soit 15 points de plus qu’à l’échelle nationale. Record battu ce 10 avril 2022 : l'abstention s'élève à 40,99%.

Même constat dans la Sambre Avesnois, où Jeumont et Hautmont figuraient parmi les 10 villes les plus abstentionnistes en 2017, avec respectivement 36,64% et 35,61% d’abstention. Même constat qu'à l'échelle nationale : la participation a chuté de 3 points dans les deux communes.

Dans l'Aisne, l’abstention s’élève à 35% à Château Thierry, soit 4 points de plus qu’en 2017. Même constat dans la ville préfecture de Laon qui enregistre une abstention importante : 35,73% des électeurs de la commune ont boudé les urnes.