Première journée de dépistage massif à Roubaix : à peine 1036 personnes testées, dont 3 cas positifs

Timide participation pour la première journée de dépistage massif organisé cette semaine à Roubaix. Ce lundi 11 janvier, 1036 roubaisiens ont été testés dans les six centres déployés. Trois tests se sont révélés positifs.

Les tests se sont enchaînes toute la journée dans les six centres installés dans le cadre de la campagne de dépistage massif organisée à Roubaix.
Les tests se sont enchaînes toute la journée dans les six centres installés dans le cadre de la campagne de dépistage massif organisée à Roubaix. © France 3 Hauts-de-France

Dans la salle Lejeune ce matin, il y avait plus de journalistes que de roubaisiens venus se faire tester pour le top départ de la campagne de dépistage massif organisée cette semaine dans la ville.

Un démarrage en douceur donc, puisque l’ARS a comptabilisé 1036 personnes venues se faire tester en ce lundi 11 janvier dans les six centres déployés, soit un peu plus d'1% de la population totale de la ville. Parmi eux, trois tests se sont révélés positifs.

Aucun objectif chiffré officiellement fixé, mais...

Officiellement, les autorités sanitaires ne se fixent aucun objectif chiffré. D’un côté, l’Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France explique s'être "mis en disposition pour réaliser 30 000 tests sur la semaine, ce qui est déjà très significatif je pense pour une campagne de ce niveau-là", a indiqué Benoit Vallet, son directeur. Soit un tiers de la population, et une moyenne de 5000 tests par jour. Bien loin du bilan de cette première journée donc...

"Nous nous sommes mis en disposition pour réaliser 30 000 tests sur la semaine, ce qui est déjà très significatif je pense pour une campagne de ce niveau-là" 

Benoit Vallet, directeur de l’ARS Hauts-de-France

De l’autre, certains scientifiques semblent être plus prudents et espèrent tester entre 5 et 10% des quelques 100 000 roubaisiens.

Roubaix est la troisième ville de France à accueillir un dépistage massif sur une semaine. En décembre dernier, 11% de la population de l’agglomération du Havre avait été testée lors d'une action opération. A Charleville-Mézières, à peine 6% des habitants y avaient participé. 

Détecter le variant britannique

Critiquées par certains sur la date choisie pour organiser cette semaine de dépistage à grande échelle, les autorités sanitaires et la mairie défendent un timing "excellent."  

Elles mettent en avant le recul nécessaire deux semaines après les fêtes de fin d’année et la possibilité de détecter la présence du variant britannique chez les personnes testées positives, alors que deux cas ont été découverts à Lille fin décembre.  

"Par ailleurs, ce dépistage massif à Roubaix a surtout pour objectif de permettre aux Roubaisiens de bien comprendre les mesures barrières, la nécessité de continuer à se protéger et à protéger autrui." 

Benoit Vallet, directeur de l’ARS Hauts-de-France

De plus, même si peu de personnes viennent se faire tester cette semaine, ce genre d'opération permet de rappeler l'importance de respecter les règles sanitaires comme les gestes barrière. Chaque personne testée se voit d'ailleurs remettre plusieurs masques et du gel hydroalcoolique.

Deux tests réalisés simultanément

Pour rappel, cette opération est gratuite, sans rendez-vous et sans ordonnance. Elle a démarré ce lundi 11 janvier et va se poursuivre jusqu’au samedi 16 janvier. Les six centres déployés sont ouverts de 8h à 12h et de 13h à 19h.

Deux tests sont réalisés : un test antigénique permettant d’avoir un résultat 15 minutes plus tard et un test PCR, dont le résultat est connu dans les 12 heures suivant le prélèvement.

Au-delà de la communication institutionnelle sur la tenue de ce dépistage massif, des ambassadeurs Covid vont sillonner les différents quartiers de Roubaix pour inviter tous les publics à y participer. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société