Innovation : la première maison en béton de France imprimée en 3D sort de terre à Valenciennes

L'imprimante 3D monte les quatre murs de cette maison de plus de 50 m2 en moins de 24 heures, à Bruay-sur-l'Escaut. / © France 3 Nord Pas-de-Calais
L'imprimante 3D monte les quatre murs de cette maison de plus de 50 m2 en moins de 24 heures, à Bruay-sur-l'Escaut. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

Cette start-up valenciennoise a développé un outil capable d’imprimer des structures sur des chantiers. Et pour la première fois, une maison imprimée en 3D est sortie de terre à Bruay-sur-l’Escaut. La maison du futur ?
 

Par F3 Nord

Sur un chantier à Bruay-sur-l'Escaut, aucun maçon, mais simplement un robot un peu particulier. Doté d'un bras télescopique similaire à une longue patte d'araignée, une imprimante 3D pilotée par un ordinateur à distance reproduit millimètre après millimètre les plans d’une maison. Ne vous imaginez pas la petite imprimante posée sur le coin d'un bureau, celle-ci est immense.

Petit à petit, les murs en béton sont montés dans la plus grande précision. Il faut compter en tout et pour tout 24 heures pour monter les quatre murs de ce bâtiment.
 
Innovation : la première maison en béton de France imprimée en 3D sort de terre à Valenciennes
 
Ces imprimantes nouvelle génération possèdent une zone d’impression pouvant s’étendre jusqu’à 265 m2 et 10 mètres de hauteur. 
 

Comment ça marche ?


Dans un premier temps, l’entreprise dépose sur site l’imprimante 3D livrée dans un container. Le matériel est ensuite déployé : le bras télescopique de l’imprimante ainsi que le silo contenant le béton. Une solution clé en main.
 

L’impression peut alors commencer : ce chantier ne nécessite que deux personnes du début à la fin.
 

Combien ça coûte ?


La solution complète de construction automatisée s’élève à 495 000 hors taxes. C'est-à-dire que ce prix comprend l'imprimante 3D béton, le système de pompage et le matériel de pilotage. L'assistance, la formation pour utiliser l'outil et le logiciel de création sont aussi fournis. Un budget plus que conséquent justifié par la start-up. "C’est une machine industrielle, comme un engin de chantier. Elle permet de produire et de réaliser des ouvrages de génie civil. On peut construire des ouvrages qu’on était pas capable de faire avant" explique Thomas Borja, ingénieur chez Constructions-3D.

"Si on s’en sert pour faire des murs droits, on ne va pas concurrencer les murs en parpaing. Si on fait des ouvrages particuliers et personnalisés, là on est tout a fait gagnant" poursuit-il.
 
 
L'idée n'est donc pas de concurrencer l'habitat traditionnel. Mais la start-up mise sur le développement de cette technique dans l'avenir, et assure que les coûts vont diminuer dans les prochaines années. 

Dans quel but ?


La start-up en affiche clairement deux : permettre la construction rapide, répétable, écologique et économique des maisons et résoudre la crise mondiale du logement.
 

Ça veut dire, imprimer une maison par jour avec chaque machine. Le sujet, c’est d’apporter une solution d’automatisation qui va résoudre des problèmes dans des pays en voie de développement. Antoine Motte, directeur de Construction-3D

 

Où peut-on voir une maison imprimée en vrai ?


En France, les premiers murs de la première maison imprimée sont sortis de terre à Bruay-sur-l’Escaut, non loin de Valenciennes. Ce bâtiment de démonstration de 54 m2 sera le premier du siège de la société Construction-3D, qui espère imprimer 2500 m2 d'ici deux ans pour agrandir le site. 
 

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus