VIDEO. Coronavirus : à Lille, quel quotidien pour les SDF ? Reportage dans un accueil de jour pour sans-abris

La métropole lilloise compterait entre 400 et 500 SDF, dont la moitié dans des chambres d'hôtel réquisitionnées par la préfecture pour le confinement. Les autres sont encore à la rue. Pour leur venir en aide, certaines associations continuent leur activité. Exemple dans un accueil de jour de Lille.
© G. Vandamme - France 3
Du gel hydroalcoolique dès l'entrée et des distances de sécurité : à l'Abej, à Lille, il a aussi fallu mettre en place les fameux gestes barrière. 

"Comme ça c'est bien organisé, témoigne un sans abri, ça évite la contamination. Pour le confinement, c'est très bon comme ça."
 
Coronavirus : centre d'accueil à Lille pour les sans-abris ©France 3

En temps normal, la structure reçoit plus d'une centaine de personnes quotidiennement. Les premiers symptômes de Covid-19 ont été détectés quelques jours après le début du confinement.

"Le virus pour certains d'entre eux, c'est très loin de leurs préoccupations, explique Patrick Le Stunff, directeur du pôle accueil de l'Abej. Pour eux c'est manger, dormir, se mettre à l'abri, donc on a dû faire pas mal de pédagogie pour leur faire comprendre ce qu 'étaient le coronavirus et les modes de transmission."
   

"Y'a plus d'ambiance, y'a plus rien !", déplore Marie-Claude, 72 ans


Mais pour Marie-Claude, 72 ans, difficile de se faire au nouvel aménagement du lieu. "On rentre chacun son tour, déplore-t-elle, et on ressort après... Y'a plus d'ambiance, y'a plus rien !" Ce qui ne l'empêchera pas de revenir : "Mes chéris, bonne journée, à demain matin !", lance-t-elle joyeusement en partant.

Tous les services habituels continuent cependant de fonctionner. Centre médical, douches, laverie... malgré l'absence de la moitié des salariés. 

"Franchement on fait ce qu'on peut, malgré la situation, assure Zeljko, salarié. Nous non plus, on n'est pas au top du top, on essaie de se marrer un peu, de mettre de la musique... On n'est pas corona H24. Pour l'instant, ça se passe quand même bien."
   

Appel aux dons


La solidarité reste essentielle. Plusieurs dons de matériel ont permis d'offrir un vrai coup de pouce à la structure en cette période de confinement. Un magasin d'informatique d'Hénin-Beaumont a fourni des webcams en vue d'organiser des téléconsultations médicales et un médecin a offert des thermomètres flash.

Si les Restos du Cœur et le Secours Populaire ont officiellement arrêté leurs activités, localement, les associations ont revu leur mode de fonctionnement et se sont réorganisées pour pouvoir travailler de manière interassociative. Elles en appellent à la générosité et rappellent qu'elles ont toujours besoin de dons de nourriture.
 
A Lille, en lieu et place des maraudes, des points fixes de distribution ont été mis en place
► Place de la République, de 19h30 à 21h30 du lundi au dimanche. 160 à 180 paniers repas sont distribués chaque soir.

► Devant le 217, rue des Postes, site des Restos du Cœur, de 19h à 21h du lundi au dimanche, 150 paniers repas sont distribués chaque soir.

Une cagnotte a été mise en ligne pour soutenir les associations.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité vie associative sdf