François Bayrou en visite à Arras : "Heureusement qu'on a tenu bon"

Publié le Mis à jour le

Le Garde des Sceaux était en visite à Arras ce mardi, afin de soutenir les candidats LREM de plusieurs circonscriptions. Un soutien important pour des candidats souvent débutants, et qui font face au Front National au second tour. 

Début d'après-midi, François Bayrou arrive à Lens. Dès le début de sa visite, le ton est donné. "Vous voyez bien que depuis dimanche dernier, ce qui apparaît depuis les résultats du premier tour, qui était totalement inattendu avant, c'est que c'est possible", entame François Bayrou. 

François Bayrou à Arras : "Heureusement qu'on a tenu bon"


Possible de s'imposer dans ce bassin minier, pour les candidats de La République En Marche qui entourent cet après-midi le Garde des Sceaux ? "Heureusement qu'on a tenu bon", lance François Bayrou à Patrick Debruyne, candidat LREM dans la 3e circonscription du Pas-de-Calais. Ce fidèle du Modem était accompagné d'Anne Roquet et de Coralie Rembert, les novices en politique : tous belle surprise du premier tour pour le mouvement présidentiel, mais tous confrontés à un candidat du Front National au second tour. 


"Le bassin minier n'est pas déserté"


"Nous avons accompli l'impossible la semaine dernière, à savoir de passer le premier tour, il nous reste le possible à accomplir. D'où l'importance des soutiens", sourit Patrick Debruyne. "C'est important, ça marque en effet le soutien du gouvernement et de l'ensemble des partis politiques. La prise de conscience qu'au national nous avons besoin d'aide et que, contrairement à ce qu'on vous vend à longueur de journée, le bassin minier n'est pas déserté et que les élus et les ministres notamment ont bien conscience qu'il faut venir travailler ici, qu'ils vont venir travailler avec nous, main dans la main", ajoute Coralie Rembert, candidate LREM dans la 12ème circonscription du Pas-de-Calais. 

Un message que François Bayrou est venu porter un peu plus tard, aux candidats et aux électeurs du Douaisis et du Béthunois. Pour La République En Marche et François Bayrou, c'est sûr : l'optimisme est de mise. Reste à ne pas manquer la dernière marche, jusqu'à l'Assemblée Nationale...