Cet article date de plus de 5 ans

Lens : un exercice pour réagir en cas d'attaque chimique sur le stade Bollaert

Jeudi, près de 800 personnes se sont livrées à un exercice de grande ampleur au stade Bollaert, à Lens : elles se sont entraînées à réagir à une éventuelle attaque chimique en vue de l’Euro 2016, où le stade accueillera 4 matchs.
Jeudi 12 novembre 2015, près de 800 personnes ont participé à la simulation d'une attaque chimique au stade Bollaert de Lens en vue de l'Euro 2016
Jeudi 12 novembre 2015, près de 800 personnes ont participé à la simulation d'une attaque chimique au stade Bollaert de Lens en vue de l'Euro 2016 © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Nous sommes en juin 2016 les portes du stade Bollaert de Lens vont ouvrir pour le match Suisse-Islande quand une bombe explose. C’est ce qui s’est passé jeudi 12 novembre mais de façon fictive. Près de 800 personnes ont participé à une simulation pour réagir à un attentat provoqué par une bombe chargée de produits toxiques. Une crise appelée NRBC : nucléaire, radiologique, biologique et chimique.
durée de la vidéo: 01 min 31
Simulation d'une attaque chimique sur Bollaert

Rester sur place, ne pas paniquer

« La particularité des crises NRBC, c’est que les choses doivent se faire sur place, explique André Chevallier, Chef de service au Centre national civil et militaire NRBC, donc il faut qu’on arrive à convaincre  les gens de ne pas partir chez eux par un effet de peur et de pouvoir les rassurer sachant que souvent ce n'est pas si grave que ça. On doit pouvoir traiter les personnes ici et elles doivent pouvoir repartir du stade en sécurité. »

Le priorité, dans de telles attaque, c’est la décontamination, qui se fait sur place en cas d’attaque. En début de semaine, spectateurs volontaires et intervenants du stade ont participé à des exercices d’entraînement. Jeudi, il fallait coordonner tous ces services.
Pendant l’Euro 2016, des postes de commandement opérationnels seront installés lors des matchs. Quatre sont prévus au stade Bollaert.
Des volontaires s'entraînent en vue d'une éventuelle attaque chimique pendant l'Euro 2016
Des volontaires s'entraînent en vue d'une éventuelle attaque chimique pendant l'Euro 2016 © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015 © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015 © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015
Devant le stade Bollaert de Lens, professionnel et bénévoles s'entraînent à la gestion d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2015 © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Dans le stade Bollaert de Lens, volontaires et spécialistes s'entraînent en vue d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2016
Dans le stade Bollaert de Lens, volontaires et spécialistes s'entraînent en vue d'une éventuelle attaque chimique le 12 novembre 2016 © Emmanuel QUINART /FR3 Nord

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme faits divers sécurité société