Régionales, 2nd tour : Marine Le Pen dépasse 60% à Hénin-Beaumont

Marine Le Pen, présidente du FN, et Steeve Briois, maire FN d'Hénin-Beaumont, le 25 janvier 2015 / © DENIS CHARLET / AFP
Marine Le Pen, présidente du FN, et Steeve Briois, maire FN d'Hénin-Beaumont, le 25 janvier 2015 / © DENIS CHARLET / AFP

Avec 60,34% à Hénin-Beaumont, Marine Le Pen a fait encore mieux au second tour des élections régionales qu'au premier. Cette commune du Pas-de-Calais est dirigée depuis 2014 par le FN. C'est depuis une salle de la ville que la candidate et ses partisans se sont rassemblés dimanche soir.

Par Mickael Guiho

Hénin-Beaumont, c'est la ville FN du Pas-de-Calais. Elle incarne l'implantation dans la région du Front National version Marine Le Pen. Steeve Briois, un très proche de la présidente du parti, a remporté l'élection municipale en 2014 et dirige avec deux autres membres du bureau national du FN. L'ancien bastion socialiste est utilisé comme une vitrine, un gage de crédibilité, par Marine Le Pen. Elle, qui avait manqué de peu la victoire ici aux législatives de 2012, pourra désormais s'appuyer sur son bon score aux régionales : 59,36% au premier tour et 60,34% au second.


Encore plus de voix qu'au premier tour


Dimanche 13 décembre, Marine Le Pen a trouvé 581 voix de plus par rapport au weekend précédent. Une double performance : elle amplifie un score déjà excellent et recueille l'équivalent de la moitié des nouveaux électeurs (il y avait 10.823 votants au second tour, contre 9.712 au premier). A Hénin-Beaumont, elle est comme chez elle. C'est logiquement dans une salle de la ville qu'elle a rassemblé ses militants et son équipe de campagne, dimanche, sous l'oeil de 200 journalistes rassemblés pour l'occasion, dont beaucoup de la presse étrangère.

Régionales : les réactions des militants FN à Hénin-Beaumont


Bon report de voix sur Xavier Bertrand


Xavier Bertrand a recueilli quatre fois plus de suffrages au deuxième tour qu'au premier. Dimanche 6 décembre, le candidat de la droite était arrivé troisième avec 1.062 voix (11,26%), c'est-à-dire moins que Pierre de Saintignon (PS) et ses 1.358 voix (14,40%). Au second tour, seul contre le Front national puisque le parti socialiste a choisi de se retirer dans la région, Xavier Bertrand a obtenu 4.060 voix.

C'est donc plus de 3.000 voix de gagnées entre les deux tours, soit l'équivalent d'un report total des voix du "bloc de gauche" (2.515 voix au premier tour) plus la moitié des nouveaux électeurs. Dans la réalité, les flux de votes sont très certainement plus complexes et nuancés, mais cela donne une idée : le front républicain semble avoir fonctionné. Du moins, dans les limites du contexte politique d'Hénin-Beaumont. Celui de l'état de grâce du FN.

Sur le même sujet

Les + Lus