Yannick Jadot en meeting "en plein air" à Lille le 1er février

Publié le Mis à jour le

Alors que la campagne à gauche s'accélère avec l'officialisation de la candidature de Christiane Taubira et le lancement de la Primaire populaire, les équipes du candidat écologiste Yannick Jadot annoncent qu'il fera son premier meeting "en plein air" à Lille le mardi 1er février.

Les Hauts-de-France sont décidément une région à part pour Yannick Jadot. Après avoir tenu le premier meeting de sa campagne à Laon dans l'Aisne le 11 décembre, le candidat écologiste inaugurera sa "Tournée des possibles", des meetings en plein air, à Lille le mardi 1er février en fin d'après-midi.

"Le lieu exact est encore indéfini, car il est en négociation avec les autorités", a précisé samedi 15 janvier Jérémie Crépel, membre d'Europe Ecologie Les Verts et co-référent de la campagne en Nord - Pas-de-Calais lors d'une conférence de presse.

Des militants convaincus, mais des électeurs désorientés

Cette annonce intervient le jour-même de l'officialisation de la candidature à l'élection présidentielle de Christiane Taubira à Lyon et du lancement de la Primaire populaire, initiative citoyenne en faveur d’une candidature commune à gauche. "On a des électeurs un peu désorientés, qui nous posent forcément la question de l'absence d'union", admet d'ailleurs Hélène Roche, membre d'Europe Ecologie Les Verts et co-référente de la campagne en Nord - Pas-de-Calais. 

Mais pour l'équipe de campagne, il est trop tard : "On est à cent jours de l'élection, on ne va pas refaire une primaire", assure Hakim Khiter de Génération.s et membre du comité de campagne. Mathilde Bullot de Génération Ecologie est sur la même longueur d'onde : "Ce qui est important pour nous, c'est qu'il y ait une candidature écologiste à la présidentielle. Personnellement j'apprécie les combats de Christiane Taubira, c'est un personnage qui dit des choses très justes. Mais de là à lui faire un chèque en blanc sans savoir quel est le projet, ce n'est pas possible. Notre candidat, c'est Yannick Jadot".

La question d'une primaire à gauche étant donc définitivement écartée, la campagne du candidat écologiste rentre dans une phase active, avec de nombreuses manifestations prévues dans les Hauts-de-France. 

Des Cafés des possibles pour "dynamiser notre démocratie"

A commencer par une réunion publique, le 24 janvier, salle Raoul-Masqueliez à Villeneuve d'Ascq en présence de deux porte-parole nationaux originaires des Hauts-de-France, l'Amiénois Benjamin Lucas et la Lilloise Mélissa Camara.

Comme partout en France, se tiendront également des "Cafés des possibles" réunissant jusqu'à trente personnes. 

"Le café des possibles est un petit format dans lequel on peut discuter et faire remonter pour la publication du programme un certain de propositions des territoires sur comment dynamiser notre démocratie en France", explique Jérémie Crépel. 

Quatre "Cafés des possibles" sont déjà programmés dans les Hauts-de-France :

  • le 27 janvier à Roubaix en présence de Marine Tondelier, Benjamin Lucas, Mélissa Camara et Karima Delli
  • le 5 février à Saint-Quentin
  • le 8 février à 18h30 au cirque, rue des postes à Lille en présence de Sandrine Rousseau, candidate malheureuse à la primaire écologiste et désormais présidente du conseil politique de Yannick Jadot
  • le 10 février à Beauvais

Des rencontres thématiques dans tous les Hauts-de-France

Puisque tout doit être "possible" dans la campagne écologiste, plusieurs "forums des possibles" auront lieu dans les Hauts-de-France. Des rendez-vous thématiques qui seront consacrés à la jeunesse, l'énergie, la présentation du scénario négaWatt de transition énergétique, l'avenir de l'agriculture et de l'alimentation et à l’éducation et la jeunesse.