Beauvais : mobilisation des conseillers pénitentiaires contre les nouveaux critères de leur mobilité

Mobilisation des conseillers pénitentiaires à Beauvais / © Nagib Benghezala / FTV
Mobilisation des conseillers pénitentiaires à Beauvais / © Nagib Benghezala / FTV

Le mouvement des conseillers pénitentiaire d'insertion et de probation a commencé en novembre dernier. Ils dénoncent la réforme des retraites, mais aussi celle concernant leur mobilité. Ce jeudi, ils étaient une vingtaine devant l'entrée du TGI de Beauvais.

Par Halima Najibi

Ce jeudi, nouvelle mobilisation des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation à Beauvais, à l'appel de la CGT. Ils étaient une vingtaine à organiser un barrage filtrant à l'entrée du Tribunal de Grande Instance. Depuis le mois de novembre, ils ont entamé un processus de mobilisation. Leur statut ne leur permet pas de faire grève à l'instar des gardiens de prison ou des policiers. Ils dénoncent à la fois la réforme des retraites, et celle concernant la mobilité dans leur service. Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation prennent en charge la totalité des personnes placées entre les mains de la justice. 

Une profession méconnue

Garant de la réinsertion, ces agents sont un rouage essentiel contre la récidive. Et pourtant leur profession est méconnue. Travailleurs de l'ombre, au 1er janvier 2018, selon les chiffres du ministère de la Justice, 4 112 personnes sont employées dans les Services d'insertion et de probation (hors élèves et stagiaires) au niveau national. Ces agents accompagnent les personnes condamnées en milieu ouvert ou carcéral, et partipent à la prévention de la récidive. Au 1er janvier 2019, 81 250 personnes étaient placées sous écrou. À Beauvais, le service comprend 23 agents. 

Le 21 janvier dernier, 18 CPIP de Beauvais avaient les extractions judiciaires. Ils ont également procédé à une opération de ralentissement de la circulation et distribué des tracts sur l'un des principaux axes de la ville.   

Une aanifestation a eu lieu à Paris le 6 février dernier. Cette mobilisation qui touche l'ensemble des départements. 
 

Quelles sont les missions du CPIP ?

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) interviennent en prison auprès des personnes détenues, et en milieu ouvert auprès des personnes soumises à une mesure restrictive de liberté (contrôle judiciaire, contrainte pénale, libération conditionnelle…). Ils aident à la décision judiciaire, participent à l’individualisation des peines et à leur exécution. Ils proposent des mesures d’aménagement de peine au magistrat compétent et veillent au respect des obligations (travail, soins, indemnisation des victimes…) prononcées par l’autorité judiciaire. En contact direct avec les personnes qui lui sont confiées, le CPIP définit et met en œuvre un plan d’accompagnement socio-éducatif adapté à la situation de la personne qu’il évalue régulièrement. Il travaille, au sein d’une équipe pluridisciplinaire, sous l’autorité directe d’un directeur pénitentiaire d’insertion et de probation (DPIP)

Sur le même sujet

Les + Lus