Le nouvel exploitant de l'aéroport Beauvais-Tillé dévoile les grandes lignes de son projet d'agrandissement, qui divise toujours autant

Egis-Bouygues-Serena, le nouvel exploitant de l'aéroport Beauvais-Tillé, a détaillé son projet d'agrandissement du site lors d'une réunion organisée jeudi 6 juin 2024. Parmi les aménagements : 500 places de parking supplémentaires, 20% d’augmentation des vols et un plafond de 45 000 mouvements par an. Un dernier point qui interroge l'association de défense des riverains.

Nous en savons un peu plus sur le projet d’agrandissement de l’aéroport Beauvais-Tillé. À l’issue d’une réunion entre élus, associations et promoteur jeudi 6 juin 2024, les grandes lignes ont été dévoilées par le groupement Egis-Bouygues-Serena, qui a acquis le contrat du chantier d’agrandissement pour les trente prochaines années.

Au programme : 20% d’augmentation des vols, 500 places de parking supplémentaires et 125 000m² de panneaux photovoltaïques.

"Il y a zéro développement de fret

Ce chantier colossal génère des craintes des élus et des associations locales, notamment sur la question du transport de fret. "Il n'y a pas de demande de fret à Beauvais, on n’en fait pas depuis 15 ans. Il n'est pas question qu'on en fasse sur les trente prochaines années", assure vendredi 7 juin 2024 Philippe Trubert, directeur du syndicat mixte de l'aéroport de Beauvais-Tillé (SMABT).

Dans l'offre des candidats, il y a zéro développement de fret.

Philippe Trubert, directeur du SMABT

"Donc dans l'offre des candidats, il y a zéro développement de fret, ajoute-t-il. On va consacrer nos mouvements d'avion, ceux qui sont source de nuisances, uniquement au transport de passagers et aux mouvements commerciaux", appuie-t-il.

"Ils ne souhaitent pas plafonner l'aéroport"

À horizon 2050, plus de 8 millions de voyageurs passeront par l’aéroport. Les décollages et atterrissages sont provisoirement plafonnés à 45 000. Mais le contrat prévoit une clause de revoyure pour les augmenter en cas de besoin, sous vote du syndicat mixte SMABT.

"L’évolution du trafic fait que, à un moment donné, on arrivera à 45 000 mouvements et qu'est-ce qui se passera à ce moment-là ?", interroge Dominique Lazarski, présidente de l'association de défense de l’environnement des riverains de l’aéroport de Beauvais-Tillé (ADERA).

Ils ne souhaitent pas plafonner l'aéroport.

Dominique Lazarski, présidente de l'ADERA

"Ryanair et Wizz Air diront 'bah nous, on peut augmenter le trafic', l'aéroport va dire 'bah oui banco, on y va' et SMABT suivra. Il n'aura pas d'autre possibilité, car ils ne souhaitent pas plafonner l'aéroport", estime Dominique Lazarski. "Si on plafonnait l'aéroport, il faudrait une décision du ministre, un arrêté ministériel qui est une restriction d'exploitation. Et ce n'est pas ce qu'ils entendent demander", accuse-t-elle.   

Prévu en 2026, le chantier n’a pas fini de faire parler de lui. L’association pour la protection des riverains de l’aéroport Beauvais-Tillé appelle à une manifestation le samedi 15 juin.

Avec Mélissa Genevois / FTV

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité