Les premières baies de goji des Hauts-de-France sont cultivées dans l’Oise

Amatrice de baies de goji, Valérie Leroy s'est lancée dans cette production en 2018. / © FTV / E. Ramirez
Amatrice de baies de goji, Valérie Leroy s'est lancée dans cette production en 2018. / © FTV / E. Ramirez

À Ravenel, dans l’Oise, Valérie Leroy est la première agricultrice de la région à cultiver les baies de goji. Reconnus pour leurs vertus médicinales, ces petits fruits rouges sont majoritairement produits en Chine.
 

Par MCP avec L. Malval

Depuis le printemps dernier, Valérie Leroy récolte les premières pépites rouges sur ses 350 arbustes à Ravenel, dans l’Oise.

En 2018, cette ancienne opticienne a décidé de se lancer dans la production de baies de goji en plantant ses premiers arbustes sur l’exploitation agricole de son mari.  "Ce petit fruit rouge est riche en vitamine C, en antioxydants et en oligoéléments, explique Valérie Leroy. Au quotidien, c’est utile pour lutter contre la fatigue et renforcer les défenses immunitaires".

L’agricultrice est la première des Hauts-de-France à s’être lancée la culture de la baie de goji, 95% de la production mondiale étant importée de Chine. Mais entre le blé et les betteraves, la goji s'est finalement acclimatée. La pleine production devrait arriver d’ici quatre ans, permettant ainsi à l’agricultrice de proposer une alternative bio et locale aux baies trouvées dans le commerce.
 


Valérie propose déjà des baies fraîches à la vente pour 100 euros le kilo ou encore des baies séchées. Pourtant, rien ne la prédestinait à cultiver ce superaliment : "J’ai exercé 20 ans comme opticienne et j’en suis venue à cultiver la goji après en avoir consommé, raconte-t-elle. J’ai trouvé que c’était sympa et que ça m’apportait beaucoup de bienfaits".

Sur les réseaux sociaux, les demandes affluent. En plus des marchés locaux, Valérie ambitionne de vendre sa production sur internet.
 

 

Sur le même sujet

Brexit : quelles conséquences dans les Hauts-de-France ?

Les + Lus