Grandes écuries de Chantilly : le spectacle de Noël maintenu jusqu'au 2 janvier

Publié le
Écrit par Mickael Guiho

Prévu en 2020 et reporté pour raison sanitaire, le spectacle équestre de Noël concocté par les Grandes écuries de Chantilly se tient enfin et, aucune directive l'empêchant à ce stade, prévoit de continuer à accueillir près de 1200 personnes chaque jour pendant les fêtes.

The show must go on ! Malgré l'accélération inédite de la pandémie de Covid-19, voilà une idée de sortie qui tient encore en Picardie : le spectacle de Noël des Grandes écuries de Chantilly, lancé le 27 novembre et toujours prévu pour durer jusqu'au 2 janvier.

Une idée qui a déjà bien germé : alors que deux représentations sont données chaque jour ou presque, beaucoup affichent complet, avec 600 spectateurs. Il est d'ailleurs indispensable de réserver ses places sur internet ou par téléphone, si vous comptez (vous) offrir ce cadeau pour les fêtes.

Mêlant voltige, dressage, danse, acrobaties au sol et dans les airs, "Alana et la cité d'Opale" raconte les aventures d'une jeune fille grandissant auprès de femmes dans les montages et forêts d'un lointain pays, après avoir été écartée par son père, chef de village déçu de n'avoir pas eu de fils. Un conte initiatique pensé pour séduire petits et grands.

"Aucune raison" de stopper le spectacle

Un monde imaginaire qui attire les foules, donc, dans un monde bien réel qui est sensé éviter les grands rassemblements. Au Cirque Jules Verne d'Amiens par exemple, le Concert du Nouvel An, prévu le 9 janvier, a été annulé par l'Harmonie Saint-Pierre.

Mais à Chantilly, l'organisateur du spectacle ne voit "aucune raison" de prendre la même décision, étant donné qu'"aucune directive préfectorale ou gouvernementale" ne l'impose. Les précautions seraient suffisantes, à savoir le pass sanitaire et le masque obligatoires, l'organisateur assurant que les gardiens "ne rigolent pas", le contrôle est "systématique".

Le dôme est très "safe" d’un point de vue sanitaire, avec 28 mètres de hauteur sous plafond et des sièges confortables où l'on est pas assis les uns sur les autres ou face à face. Tout ce qui peut être fait en matière sanitaire est fait. D'ailleurs, il n'y a jamais eu de cluster ici.

Organisation

Alors que les contaminations et les tests de cas contacts commencent à perturber l'organisation des ressources humaines dans les entreprises, les Grandes écuries de Chantilly fonctionneraient toujours bien en interne : "Pour l'instant, en période spectacle, il n'y pas de problème."

On sent encore une pointe de regret quant à l'année dernière, quand les restrictions sanitaires avaient contraint à l'annulation. "C'était chaud, le spectacle était prêt, c'était triste de ne pas pouvoir le donner alors que, d'un point de vue sanitaire, il n'y avait vraiment pas de raison", glisse l'organisateur.

Le travail n'aura pas été perdu

Pas de gâchis ! Les répétitions ont repris dans l'année, avec quasiment la même équipe. Seule une cavalière, partie en année sabbatique, a été remplacée. Et l'équipe de voltigeurs "doublée" pour effectuer une rotation sur le spectacle.

Ainsi, ce sont 8 cavalières du Musée du cheval, un couple de voltigeurs-acteurs intermittents et un danseur trapéziste intermittent, qui assurent chaque jour les représentations.

Pour orchestrer la féérie de l'événement, deux personnes sont également à la régie sons et lumières. Enfin, quatre soigneurs s'affairent en coulisses pour la santé et le confort des chevaux, ânes et poneys : une trentaine d'équidés impliqués. 

Après le spectacle de 14h30, ce vendredi, il n'y aura plus de représentations avant dimanche. Le temps pour toutes les équipes de profiter, elles-aussi, d'un joyeux Noël.