Homophobie au sein d'un lycée catholique : l'académie d'Amiens effectue un signalement auprès du parquet

Après une inspection en avril 2023, le rapport sur l'établissement privé Jean-Paul II de Compiègne est tombé. Accusé par plusieurs enseignants de censure et d'homophobie, le rectorat de l'académie d'Amiens a rendu ses conclusions. L'institution a opéré un signalement auprès de la procureure de la République visant le directeur du lycée.

Vendredi 9 juin, le rectorat de l’académie d’Amiens a restitué ses conclusions d'une enquête interne, concernant le lycée catholique Jean-Paul II de Compiègne, dans l’Oise, à la suite d'alertes de la part d’enseignants.

Cinq inspecteurs pédagogiques de l'académie ont été envoyés sur place, en avril 2023, pour comprendre une "culture de censure". Le déclencheur de l'alerte : l'interdiction de la part du proviseur pour les professeurs de faire plusieurs sorties pédagogiques au cinéma pour deux films. Simone, le voyage d'un siècle d'Olivier Dahan, qui traite notamment de la lutte pour le droit à l'IVG, et Rafiki de Wanuri Kahiu qui suit un couple lesbien au Kenya.

Pas de sanction de la part du rectorat

Le rectorat rappelle que ce lycée est sous contrat et lié par un contrat d’association où il s’engage à respecter les programmes du socle commun de connaissance, de compétence, de culture et les éducations transversales. Les inspecteurs ont donc vérifié si toutes les thématiques des programmes scolaires étaient bien traitées dans chaque discipline.

Cette enquête fait part que le respect des programmes d’enseignement du socle commun est bien mis en œuvre, mais de façon incomplète. Une partie des éducations transversales, traitant des questions de société, est abordée de manière inégale et incomplète, particulièrement sur l’éducation à la sexualité et sur les discriminations.

Il y n'a pas de sanction appliquée, mais l'académie demande plusieurs prescriptions. Elle demande à l’établissement de veiller au respect de l’instruction de tous les programmes et sera vigilante sur l’évolution de la situation et sur le respect strict des programmes. Il a été également demandé à l’établissement d’apaiser la situation avec l’équipe des professeurs.

La procureure ouvre une enquête

Suite à l'envoi du rapport d'inspection, le recteur a effectué un signalement selon l’article 40 du code pénal auprès de Marie-Céline Lawrysz, la procureure de la République de Compiègne. "J'ai reçu un rapport d'une dizaine de pages, le vendredi 9 juin, faisant état de propos homophobe de la part du proviseur du lycée", affirme la procureure.

Le proviseur de l'établissement aurait évoqué que "la culture est gangrénée par le lobby LGBT". La procureure a ouvert une enquête, samedi 10 juin, auprès du commissariat de Compiègne pour : injures publiques, provocation à la haine et à la discrimination par rapport à l’identité et la sexualité et diffamation.

"Nos investigations doivent être rapides, car la prescription est d’un an à partir des faits", explique la procureure. L’enquête doit déterminer si les infractions sont caractérisées, c’est-à-dire si elles ont bien eu lieu, quand, et dans un cadre public ou privé. "L’enquête est très délicate", ajoute-t-elle.

Selon la procureure, la direction de l'établissement conteste les faits et affirme que ces propos ont été déformés.