Le Creillois Redoine Faïd mis en examen pour un projet d'évasion de la prison de Fresnes en 2017

En milieu de semaine, Redoine Faïd a été entendu par un juge d'instruction parisien pour un projet d'évasion de la prison de Fresnes en 2017. A l'issue de cette audition, le braqueur de Creil a été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue d’évasion en bande organisée.

Redoine Faïd, originaire de Creil dans l'Oise, a été mis en examen pour sa spectaculaire évasion de la prison de Réau en Normandie le 1er juillet 2018.
Redoine Faïd, originaire de Creil dans l'Oise, a été mis en examen pour sa spectaculaire évasion de la prison de Réau en Normandie le 1er juillet 2018. © FTV

Mercredi 1er juillet, Redoine Faïd a été sorti de sa cellule de la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais pour être auditionné par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil du parquet de Paris. Le magistrat souhaitait l'entendre sur un projet que les proches du braqueur de Creil sont soupçonnés d'avoir échafaudé pour le faire évader de la prison de Fresnes où il était incarcéré en 2017. Redoine Faïd y attendait son procès en appel pour le braquage raté dit "du Val de Marne" en 2010 qui a coûté la vie à Aurélie Fouquet, une policière municipale. Il sera condamné à 25 ans de réclusion criminelle dans cette affaire.

Son frère également mis en examen


Après une heure et demi d'audition, Redoine Faïd a été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue d'évasion en bande organisée. 

Au cours de leur enquête sur la spectaculaire évasion du Creillois de la prison de Réau en Seine-et-Marne en juillet 2018, les enquêteurs ont découvert que l'un des frères Faïd aurait contacté un proche de Jacques Mariani, figure du banditisme corse, pour faire évader Redoine Faïd. Le frère en question, entendu deux jours avant, a également été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue d’évasion en bande organisée. Début juin, c'était Jacques Mariani qui était mis en examen pour le même chef d'accusation.

Il s'agit d'un nouveau volet du dossier de l'évasion de Réau dont l'instruction n'est toujours pas terminée. Le 1er juillet 2018, Redoine Faïd, déjà qualifié de roi de l'évasion, est exfiltré du parloir de cette prison de Seine-et-Marne par un commando armé venu à bord d'un hélicoptère posé dans la cours d'honneur de l'établissement pénitentiaire. Après trois mois de cavale, il sera arrêté dans la nuit du 2 au 3 octobre à Creil.

A l'isolement depuis 7 ans


Pendant son audition, Redoine Faïd est revenu devant le juge sur ses conditions de détention. au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil près de Lens dans le Pas-de-Calais. "Il est toujours à l'isolement, nous explique Me Belmoktar qui a assisté le Creillois mercredi. Et cet isolement, couplé à d'autres mesures coercitives, lui laisse peu d'espace de vie. Il est dans l'état d'esprit d'un homme qui subit tout ça depuis 7 ans mais il reste combattif".

Fin février, une semaine avant de comparaître devant la cour d'assises du Pas-de-Calais pour l'attaque d'un fourgon blindé entre Douai et Arras en 2011, le Creillois avait entamé une grève de la faim pour dénoncer les conditions dans lesquelles il est détenu. "Ce n'était pas une forme de chantage auprès de la Justice, précise Me Belmoktar. Il a voulu dire que, compte tenu de ses conditions de détention, il n'était pas en mesure de se défendre correctement face à une cour d'assises."

Redoine Faïd a été condamné à 28 ans de réclusion criminelle lors de son procès en appel, soit 10 ans de plus que sa condamnation en première instance en 2017.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers redoine faïd
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter