Dans l’Oise, l’entreprise Charlestine transforme votre radio vintage en enceinte bluetooth

Xavier Barthélémy a démarré son activité en banlieue parisienne avant d'installer son activité à Rully, dans l'Oise. / © Charlestine
Xavier Barthélémy a démarré son activité en banlieue parisienne avant d'installer son activité à Rully, dans l'Oise. / © Charlestine

Depuis 2015, l’entreprise Charlestine récupère les vieux postes radio de nos grands-parents pour les remettre au goût du jour. Dans un atelier situé à Rully dans l’Oise, ces pièces chargées d’histoire se transforment en enceintes bluetooth modernes.

Par Marie-Charlotte Perrier

"Elles ont diffusé les premiers Charleston, l’appel du 18 juin, l’annonce de la fin de la Guerre… Elles ont fait danser nos grands-parents sur Aretha Franklin et nos parents sur les Beatles". Sur son site internet, Charlestine ne tarit pas d’éloges sur ces vieux postes de radios qui ont égayé les salons de nos anciens.
 

Dans l’atelier de Rully, près de Senlis dans l’Oise, Xavier Barthélémy redonne vie à ces postes en les restaurant et en y intégrant un système audio moderne avec enceinte bluetooth, rétroéclairage et haut-parleur dernier cri. "En moyenne, on passe 12 à 15h sur un poste radio pour le rénover" précise le fondateur de Charlestine, qui s’est reconverti après de longues années de travail dans le e-commerce. "Je voulais retrouver du sens à mon travail et vendre un objet dont j’étais fier et pas seulement des canapés importés de Chine".
 

Retrouver l'âme des vieilles radios

Le trentenaire a eu le déclic en voyant un ami installer une enceinte moderne dans la carcasse d’une vieille radio lors d’une soirée. "Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire" ajoute-t-il. Si Xavier Barthélémy a commencé seul avec sa perceuse, il a depuis été rejoint par une ébéniste professionnelle chargée de redonner de l’éclat aux menuiseries d’origine.
 

Chaque année, 150 à 200 radios sortent de cet atelier. Certaines sont chinées dans les brocantes puis revendues sur internet ou dans des grands magasins comme les Galeries Lafayette ou le Printemps. D’autres sont directement amenées par des particuliers, qui souhaitent retrouver l’âme de cet objet oublié au fond d’une cave ou d’un grenier. "Ces radios incarnent des histoires de famille, on touche à l’émotion, aux souvenirs des grands-parents" explique l’entrepreneur.
 

Des pièces uniques qui ont un certain coût

Malgré tout, ces objets symboles d’une époque révolue ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Un particulier qui souhaite faire rénover son poste devra débourser environ 700 euros. La note peut monter jusqu’à 1200 euros en cas de vente directe en magasin ou sur le site de la marque.

"C’est vrai que ce n’est pas donné, reconnaît Xavier Barthélémy. Mais ce sont des pièces uniques, faites à la main. Aujourd’hui, les gens reviennent aux beaux objets : on le voit avec la mode du vintage. Les amateurs de musique reviennent aux cassettes audio et aux vinyles, ils ont besoin de matérialiser l’écoute et d’en faire une vraie activité. Cela n’a rien à voir avec le fait de lancer une musique sur son téléphone et de le poser sur un coin de table".

À 35 ans, l’entrepreneur ne manque pas d’ambition. Après avoir démarché de nouveaux partenaires à Dubaï, il prépare déjà la Foire de Paris qui aura lieu à la fin du mois d’avril. L’occasion de susciter un élan de nostalgie chez les 480 000 visiteurs qui se presseront dans les allées du parc des expositions.  
 

Sur le même sujet

Les + Lus