Une ancienne mairie-école se transforme en bistrot dans un village de l'Oise : "Il faut susciter l'envie"

Les travaux sont lancés : dans huit mois, l'ancienne mairie-école de Blancourt, dans l'Oise, sera devenue un bistrot de pays, accueillant un bar, un restaurant, un point presse et jeux et une petite épicerie. Un pari de la municipalité pour recréer un cœur de village.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À Blacourt, village de 600 habitants dans la campagne de l'Oise à l'ouest de Beauvais, l'ancienne mairie-école est en travaux depuis le lundi 12 février. Fermé définitivement en 2019 à la suite du déménagement de la municipalité dans de nouveaux locaux, le bâtiment va connaître une deuxième vie et pas des moindres : il va devenir un bistrot de pays.

Ce projet était une promesse de campagne électorale du maire (divers droite) Jean-Pierre Fouquier, élu en 2020. "Une nouvelle mairie a été construite par l’ancienne municipalité, plutôt que de laisser l'immeuble vacant, j'ai proposé d'en faire quelque chose", explique-t-il.

Avec ses vitres brisées, l'ancien bâtiment, situé au cœur du village, commençait à perdre son lustre d'antan. L'emplacement est pourtant idéal : "les trois commerces du village seront regroupés dans le même cercle. En face, il y a une boutique de décoration qui propose des sorties en deux-chevaux, les gens qui les font demandaient souvent où déjeuner, maintenant, ils auront un restaurant." En plus de la boutique, le village dispose d'une boulangerie, ouverte le 1ᵉʳ mai 2023.

Le retour des commerces de proximité

D'après le label Bistrot de pays, 1 000 bistrots ferment chaque année en France. Dans le village de Blacourt, cela fait des décennies qu'il n'y avait plus de lieu de convivialité.

"On n'a rien inventé, souligne Jean-Pierre Fouquier, on a retrouvé une vieille carte postale des années 50 ou 60, il y avait un café-épicerie juste à côté de la mairie et un autre en face. Avant, il y avait même un boucher à Blacourt."

Le nouveau bistrot sera composé d'une salle de restaurant d'environ 50 couverts, d'un bar, de deux terrasses dont une grande dans la cour intérieure du bâtiment, "ce sera pratique pour mettre les vélos électriques, se projette le maire, car l’été il passe pas mal de cyclistes avec la voie verte." Le commerce proposera également une vente de jeux et journaux, mais pas de tabac, d'autres établissements de ce type existant déjà dans les villages voisins.

La municipalité a réalisé un diagnostic routier pour estimer le potentiel du projet, il passerait 1 000 voitures par jour dans la commune, ouvrant de belles perspectives pour les futurs commerçants. L'établissement deviendrait le 21e bistrot de pays des Hauts-de-France : ce label propose de mettre en valeur les produits locaux et d'animer les petites communes.

"On fournit tout"

L'équipe municipale, porteuse du projet, est toujours à la recherche d'un gérant pour l'établissement. Un bail de cinq ans sera proposé afin que l'activité ait le temps de se développer. La première année, le loyer sera de 465 € par mois, puis 550 € l'année suivante et 650 € la troisième année.

Un petit prix auquel il faut ajouter de nombreux avantages : "La personne intéressée aura un outil neuf, on fournit tout : la chambre froide, la machine à café, la pompe à bière !" Le gérant n'aura qu'à installer son mobilier avant de lever le rideau. L'intégralité de l'intérieur du bâtiment sera neuve, avec une isolation et un chauffage par pompe à chaleur aux dernières normes, "et des logements à l'étage, pour les gérants ou pour fidéliser les employés", ajoute le maire. Seule la façade du bâtiment original sera conservée.

Financé par la commune, le département de l'Oise, la région Hauts-de-France et l'État, le projet représente un coût total de 734 000 € hors taxes.

Un espace de convivialité

Au-delà de proposer une halte bienvenue pour les touristes de passage, Jean-Pierre Fouquier espère faire revivre le village grâce à ce nouveau "service public" de proximité.

"Ça va apporter un plus à la commune, les gens vont retrouver un lieu de convivialité, c’est ce qui manque aujourd’hui, regrette l'élu. Les gens sortent moins de chez eux avec les écrans. Ça va les faire bouger. On essaie déjà en faisant pas mal d’animations, un festival, la fête de la musique, les journées du patrimoine, qui rencontrent un succès grandissant. Pour moi, il faut susciter l’envie, montrer qu’il se passe des choses dans le village, donner un peu de joie."

D'après lui, des habitants, curieux, passent déjà observer l'avancée des travaux. Il leur faudra patienter jusqu'en novembre pour pouvoir enfin s'attabler au nouveau bistrot du coin.