À Audruicq, l'entreprise d'insertion Le Chênelet recrute dans sa filière bois

La structure du Chênelet existe depuis 40 ans. Elle compte quatre sites en France, dont deux dans le Pas-de-Calais. À Audruicq depuis 1990, l'entreprise d'insertion développe sa filière bois et recrute tous les mois.

Des palettes à perte de vue. En 2020, il en est sorti 652 000 des ateliers du Chênelet. C'est l'une des activités de cette entreprise d'insertion qui compte deux sites dans le Pas-de-Calais, à Audruicq et Landrethun-le-Nord. Ici les 220 salariés, en majorité des hommes, ont eu des parcours parfois chaotiques mais les formations qualifiantes proposées leur remettent le pied à l'étrier : "Je ne travaillais plus depuis un petit moment, j'avais des petits soucis personnels. Arrivé ici, ça a commencé à aller mieux. Je suis ici pour me réinsérer dans le monde du travail et ensuite poursuivre une formation dans la mécanique automobile", explique entre deux palettes, Mathieu Sailly, conducteur de ligne de production.

1721 mètres cubes de bois d'essences locales sciés en 2020

Au Chênelet, les employés ont entre 20 et 60 ans et la structure propose des formations qualifiantes de 24 mois. A Landrethun-le-Nord, le site est spécialisé dans les produits transformés, jus de fruits, soupes et une chocolaterie depuis 2 ans. A Audruicq, le bois est à l'honneur et l'accent est mis sur les essences locales. Bois transformé en palettes à destination des entreprises environnantes, l'association a développé également une branche d'éco construction. Dans l'atelier flambant neuf, Guillaume Lavie, casqué et lunettes de protection sur le nez est ici depuis 18 mois, il a pu ainsi reprendre ses marques : "Depuis que je suis ici, j'ai retrouvé de la sérénité. J'aime travailler en équipe, le fait d'être entre nous c'est bien. On apprend à se gérer nous-mêmes mais en rigolant".

L'esprit d'équipe et la solidarité, des valeurs que le directeur du site estime primordiales durant le passage au Chênelet: "On propose des formations de 24 mois maximum avec un contrat de travail. Nous sommes un organisme de formation donc il y également un accompagnement personnel sur des problématiques sociales que sont le logement ou les finances. Et puis on accompagne sur le permis de conduire parce qu'aujourd'hui sans permis et sans voiture on ne trouve pas de boulot", détaille Sylvain Charvet. 

7300 personnes accompagnées depuis 40 ans

Retrouver une stabilité financière, une vie sociale, la confiance en soi. Voilà les objectifs du passage au Chênelet et l'association embauche toute l'année : "On est en perpétuel recrutement. Une dizaine de personnes par mois. Il n'y a pas de prérequis mais ce sont des gens motivés qui ont envie de travailler et qui sont éloignés du marché du travail. Il y a un avant et un après sur le savoir-être et le savoir-faire. Un recrutement réussi c'est quand une personne fait un parcours de 18 mois chez nous, que l'on a réussi à lever les freins à l'emploi et qu'elle sort  avec un emploi pérenne", se réjouit Laurence Leducq, chargée de recrutement.

Et les résultats sont là, à la fin du mois d'août 2021, 80 % des sortants du Chênelet ont retrouvé du travail ou une formation qualifiante.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale région hauts-de-france emploi économie entreprises forêt vie associative société