Procès du meurtre de Yanis, 5 ans : son beau-père, condamné à 25 ans de prison, fait appel

Julien Masson, 34 ans, avait été condamné par la cour d'assises du Pas-de-Calais vendredi 20 novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de Yanis, 5 ans, suite à une punition affligée à l'enfant pour avoir fait "pipi au lit." Il a décidé de faire appel de cette décision.
Les assises du Pas-de-Calais à Saint-Omer
Les assises du Pas-de-Calais à Saint-Omer © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Vendredi 20 novembre, au terme d’une semaine de procès devant les assises du Pas-de-Calais, le beau-père de Yanis, mort à 5 ans des suites d’une punition pour avoir fait "pipi au lit", avait été condamné à 25 ans de réclusion. Une peine assortie de cinq ans de suivi socio-judiciaire avec injonction de soins. Julien Masson a décidé de faire appel, nous confirment ses avocats Me Bailly, Duménil et Daquo qui ont appris la décision de leur client hier.

"Ce n’est pas le quantum de la peine qu’il conteste, mais l’intention de donner la mort"

"Depuis le début de cette affaire, notre client conteste l’intention de vouloir donner la mort à Yanis" explique Me Bailly. Julien Masson avait plaidé la thèse de l’accident pendant son procès. Le beau-père de l'enfant de 5 ans avait expliqué devant la cour que Yanis avait fait "plusieurs chutes" et qu'il l'aurait frappé d'un coup de "lampe de poche." 

Pourtant, l’avocat général avait requis 28 ans de réclusion à l’encontre du beau-père deYanis, affirmant devant la Cour d’assises que "cette intention d'homicide, qui est un élément difficile dans ce dossier, était caractérisée" tout en rappelant le "calvaire" subi par l'enfant : les coups, la marche nocturne ou encore "l'hypothermie grave" après que Yanis ait été immergé dans le canal proche.

Au terme de plus de quatre heures de délibérations, les jurés n'avaient donc pas totalement suivi les réquisitions du ministère public, affligeant un peine un peu moins lourde à l'accusé.

"Ce n’est pas le quantum de la peine qu’il conteste, mais l’intention de donner la mort" poursuit Me Bailly. Reste désormais à savoir si Julien Masson se désistera de cet appel ou si le beau-père de Yanis ira jusqu'à la tenue d'un nouveau procès.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers